Magnificia Investissement : Des placements à éviter

Rien de mieux pour fêter la première année de ce blog (et au passage, le 400e article) de parler de… Magnificia.

En effet, voilà que j’étais passé à côté d’un excellent article des très-extrèmistes-subversifs-gauchistes-suppressifs (ajoutez votre adjectif) de l’UFC que Choisir (première association de consommateurs de France), quel abruti que je suis de passer à côté de cette véritable pépite.

Lors de la publication je devais certainement me dorer la pillule aux Bahamas avec l’argent des lobbys pharmaceutiques, de la CIA et de la MIVILUDES (ajoutez votre structure).

Plus sérieusement, cet article contient de très nombreuses informations que j’affirmais (je n’affirme pas que j’ai eu une quelconque exclusivité), contient de nouvelles informations et complète la collection d’articles sur cette société aux pratiques assez louches.

De plus, Magnificia n’hésite pas à déposer plainte en diffamation (en plus des demandes de désindexation, à lire ici et ici) envers nombre d’internautes, j’en reparlerai ultérieurement, promis.

Place à l’article, il est disponible à cette adresse :

Magnificia Investissement

Des placements à éviter

Publié le : 05/07/2017 

La société Magnificia propose d’investir dans l’immobilier de prestige. Or, elle a été créée par les animateurs de Legendre/GPI, une société spécialisée dans la défiscalisation lourdement sanctionnée par l’Autorité des marchés financiers en juin 2016. Prudence.

Connue sous le nom commercial Legendre, la société Global Patrimoine Investissement (GPI) était active dans le secteur des placements outremer en défiscalisation, dits « Girardin ».

Créée en 2009, elle vendait ses produits par l’intermédiaire des cabinets Kalys/Financière de Lutèce et France Énergie Finances, promettant des rendements annuels de 7 %, avec prix de revente garanti au bout de dix ans. Son aventure a tourné court très rapidement.

Dès 2013, l’Autorité des marchés financiers (AMF) ouvre une enquête. En mai 2015, elle transmet à sa commission des sanctions et lance des mises en garde au public. Un an plus tard, en juin 2016, la décision tombe. GPI et son réseau commercial trompent leurs clients. Le rendement de 7 % annuel n’existe pas davantage que la garantie de rachat au bout d’une décennie.

Une large partie des quelque douze millions d’euros levés se sont volatilisés. Les fait sont graves et la sanction est lourde : GPI est interdit de toute activité de conseils en investissement pour trois ans et écope de 730 000 € d’amendes.

Moins de six mois plus tard, apparaît sur les écrans une société rappelant furieusement Legendre. Il n’est plus question de Girardin outremer, mais d’immobilier de prestige.

Magnificia propose en effet de prendre des parts dans des sociétés civiles qui rachètent de belles demeures, pour les transformer en hôtel de standing ou en centre de réception.

Rendement escompté : 7 % annuels. Adresse : 111 rue Cardinet, Paris XVIIe. C’était l’adresse de Legendre. Directeur du développement : Robert Fresco. Il était directeur de Legendre.

Pour obtenir des renseignements sur un des projets d’investissement de Magnificia (un hôtel aux domaines des Sources, à Chauffry, Seine-et-Marne), il faut appeler le 01 70 81 46 13. C’était un des numéros de Legendre Patrimoine.

En fait, dès 2015, sentant le vent tourner dans le Girardin, Legendre avait entamé sa reconversion dans l’immobilier de prestige, qui est aujourd’hui le fonds de commerce de Magnificia.

Deux raisons sociales, mais une seule histoire. La société Magnificia a d’ailleurs obtenu du tribunal de grande instance de Paris une mise en demeure ordonnant à Google de ne plus référencer un billet de blog où elle n’est même pas citée, mais qui critique… Legendre Patrimoine. Il avait été publié sur son blog par un conseil en patrimoine indépendant, Guillaume Fonteneau.

En faisant abstraction du précédent inquiétant de Legendre – ce qui demande un sérieux effort – que valent les offres de Magnificia ? Difficile de le savoir : contactée, la société n’a pas répondu à nos demandes de précisions. Les rares éléments disponibles incitent à la méfiance.

Évoquer un rendement de 7 % n’est guère réaliste en immobilier. Il y a très peu de précisions sur les montages, aucune information écrite sur les niveaux de commission. Magnificia n’est pas inscrit au registre Orias des intermédiaires en finance et patrimoine.

À proscrire absolument, dans le doute.

Erwan Seznec

Magnificia Investissement : Des placements à éviter


Scientology Leaks 210 : HCO Policy Letter Of 1 April 1982 (The safe point)






#34c3 Jour 4 : Quelques images

Quatrième et dernier jour au 34c3 à Leipzig, première conférence sur la recherche et le suivi des capacités de surveillance du gouvernement italien au moyen d’outils de transparence en utilisant la disponibilité des ensembles de données sur les marchés publics, requis par les lois anti-corruption, pour découvrir les capacités de surveillance du gouvernement en Italie.

Italy’s surveillance toolbox : Quelques images :

Ça cause en salle Dijkstra. :

Point Catcher at :

Seconde conférence sur Briar “Resilient P2P Messaging for Everyone” : une nouvelle messagerie chiffrée sur smartphone en peer-to-peer :

Briar est une application de messagerie peer-to-peer qui résiste à la censure et fonctionne même sans accès à Internet. L’application chiffre toutes les données de bout en bout et masque également les métadonnées en utilisant les services d’oignon de Tor.

Dans le monde entier, la communication est de plus en plus surveillée et restreinte. Si la communication ne peut pas être écoutée, elle est souvent complètement bloquée.

Nous devons développer des outils plus résilients face à ces menaces. La communication et l’expression doivent être libres. La censure ne devrait pas être possible. Même si Internet était totalement bloqué (CF en Iran ces dernires heures), les gens devraient être capables de communiquer.

Quelques images :

Troisième conférence sur un référendum à propos de la surveillance aux Pays-Bas :

Les agences de renseignement néérlandaises seront bientôt autorisées à analyser massivement les données de masse de civils, en interceptant le trafic internet et en accédant en temps réel à toutes sortes de bases de données.

“Fuck Dutch mass-surveillance : let’s have a referendum ! Forcing the Netherlands to publicly debate privacy and the intelligence agencies”.

Quelques images :

Enfin, dernière conférence sur l’internet à Cuba :

L’accès à Internet à Cuba est notoirement restrictif. ETECSA, le FAI géré par le gouvernement, offre 60 hotspots sans fil dans les parcs et les hôtels, permettant aux étrangers et aux citoyens de “visiter” Internet pour seulement 1 $ de l’heure, c’est ce que la plupart des touristes connaissent d’Internet à Cuba.
Dans cet exposé, nous examinerons de plus près la vie des hackers cubains et nous visiterons un ensemble dynamique de réseaux communautaires que les touristes ordinaires ne voient jamais. L’histoire qui émerge est une vision inspirante de ce que les communautés peuvent (et ne peuvent pas) accomplir face à l’adversité.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du dernier jour au 34c3 :


#34c3 Jour 3 : Quelques images

Pour cette troisième journée au 34c3 à Leipzig, la première conférence de 11H30 portait sur la taxation des grands groupes de l’internet (dont les GAFAM), et en particulier sur les procédés d’évasion fiscale dont ils sont les spécialistes.

Il s’agit d’une belle plongée dans le monde merveilleux des affaires (koukou Elise Lucet).

Quelques images :

Seconde conférence, sur les DRM : Ces menottes numériques ou matérielles qui brident les utilisateurs dans l’utilisation de leurs biens ou services.

Ce qu’on perd avec les DRM ? L’accessibilité, par exemple la possibilité de modifier pour en faire quelque chose de mieux.

Les DRM restreignent l’utilisation des produits par l’utilisateur alors que c’est ce dernier qui paye le produit restreint…

Comment sortir du monde des DRM au quotidien ?

Quelques images :

Troisième et dernière conférence de la journée sur Wireguard : un paquet VPN qui est promis à un bel avenir.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du 34c3 :



#34c3 Jour 2 : Quelques images

Ce billet contient beaucoup de photos, il peut être long à charger.

Pour cette seconde journée au 34c3 à Leipzig, la première conférence de 11H30 portait sur l’interception concernant les mobiles : “Mobile Data Interception from the Interconnection Link” et était présentée par Silke Holtmanns.

Quelques images :

Seconde conférence de la journée : “Spy vs. Spy: A Modern Study Of Microphone Bugs Operation And Detection” : En 2015, l’artiste Ai Weiwei a été mis sous écoute chez lui, vraisemblablement par des acteurs gouvernementaux. Cette situation nous a sensibilisés au manque de recherche dans notre communauté concernant l’utilisation et la détection des microphones d’espionnage. Notre plus grande préoccupation était que la plupart des connaissances provenaient de films de fiction.

Quelques images :

Troisième conférence de la journée : “Internet of Fails” : consacré aux objets connectés et à leur absence de sécurité.

Une seule image :

Enfin, dernière conférence de la journée : “The Snowden Refugees under Surveillance in Hong Kong” à propos de la situation des réfugiés qui ont aidé Snowden.

En effet, depuis l’an passé, ils ont été systématiquement ciblés et persécutés par le gouvernement de Hong Kong sur la base de cet avis politique.

Edward Snowden est apparu en direct depuis Moscow :

Quelques photos :

Quelques images du CCC la nuit :

 


#34c3 Jour 1 : Quelques images

Petit retour en images sur cette première journée du 34c3 qui se déroule à Leipzig.

En coulisses, le staff prépare les T-shirts et hoodies, ils seront disponibles demain dès 14 heures :

Première conférence de la journée : #WTFrance présentée par Agnès et Okhin de la Quadrature du Net.

Cette conférence aborde les problèmatiques du chiffrement en France, au niveau de l’évolution et des récentes lois liberticides :

Evolution des différentes lois liberticides au fil des années :

Petit best-of des citations d’hommes politiques sur le chiffrement et/ou internet :

Petite conclusion via des propositions de solutions :

Petit tour par le village associatif et le stand de TOR :

Puis petite conférence sur la situation d’internet et des réseaux de communication en Iran présentée par Mahsa Alimardani :


Scientology Leaks 206 : Ability 190

Téléchargez le fichier...
Informations :

Langue : Anglais
Format : application/pdf
Nombre de pages : 12
Année de parution : 1967

Téléchargement du document


Yasmine Benzelmat, conseillère régionale ex-FN, suggère de mettre sur écoute des journalistes

Yasmine Benzelmat, conseillère régionale ex-FN, suggère de mettre sur écoute les journalistes de l’AFP pour trouver leurs sources :

Visiblement la liberté de la presse et le secret des sources posent toujours autant problème chez certains de nos politiques.

Pour information, en Juin dernier, dans la salle Maurice Ravel à Vélizy-Villacoublay lors d’un “meeting” pour les dernières éléctions législatives -où Yasmine Benzelmat s’était portée candidate sous l’étiquette FN-, elle avait affirmé -entres-autres – que la DGSE et la DGSI avaient fusionnées et avait plutôt du mal a répondre à des contradictions face à un petit jeune…


Application Skred : Une copie à revoir

Depuis plusieurs mois, en écoutant la radio Skyrock, impossible de passer à côté de la publicité pour l’application Skred.

L’application propose “Enfin le vrai anonymat” qui utilise “toutes les techniques des services secrets”, afin de débunker cela, je vous propose la lecture de ce petit billet de blog.

Tout d’abord, l’application Skred est éditée par le groupe TELEFUN SAS, ce qui explique la publicité de cette appli uniquement et massivement sur la radio Skyrock.

Je vous propose quelques éléments de constatation et de réflexion, entrons dans le vif du sujet…

Eléments commerciaux :

  • En confondant anonymat et chiffrement, le discours commercial (via la publicité audio sur Skyrock) de cette application est totalement trompeur.
  • Concernant les demandes des autorités, il est indiqué ceci :

Que ce passe t’il si le gouvernement Espagnol (concernant ce qui se passe en Catalogne en ce moment) ou si le gouvernement Burkinabé fait une demande légale à Skyrock ? ou si le gouvernement Français fait une demande concernant les données d’un blogueur ? Comme le pointe justement NextInpact, “Étant donné les dérives sécuritaires locales, cela ne sera pas forcément pour rassurer ceux qui ont un besoin de sécurité complet”.

Très loin donc du “sans aucune trace.”

Eléments techniques :

  • Cette application est dévelopée, gérée et maintenue par une société commerciale.
  • On ne sait pas quel(s) protocole(s) de chiffrement sont utilisés afin de sécuriser les communications.
  • NextInpact pense que c’est WebRTC/XMPP qui sert de base pour la communication mais sans aucune information écrite ou solide là dessus.
  • On ne sait pas si il y a une vérification des contacts, ce qui peut-être problématique en cas d’attaque MITM (Attaque Man In The Middle, l’homme du millieu).
  • On ne sait pas si il y a un système de confidentialité persistante via le changement des clés.
  • Comment sont stockées les clés de chiffrement ?
  • Skred affirme que “Les technologies de chiffrement sont open source” mais ne précise pas quelles technologies sont utilisées.
  • Le code source de l’application n’est pas disponible.
  • Par conséquent, cette application, bien qu’elle prétend utiliser du logiciel libre, agit parfaitement comme une véritable boîte noire : on ne sait pas ce qui s’y passe dedans.

Conclusion :

Utilisez plutôt une application documentée qui a été auditée de manière indépendante et récente, dont le code source est disponible, qui utilise le chiffrement pendant le transit, dont les messages ne peuvent être lus par l’éditeur de l’application, qui impose la vérification des contacts, la confidentialité persistante via le changement des clés, très utile en cas de vol des clés (type PFS en quelque sorte).

Une application comme Signal par exemple (tutoriel pour Android, tutoriel pour iOS).

Par l’intermédiaire de ce petit billet de blog, j’invite Skyrock a mieux communiquer et à revoir sa copie.

Ne faites pas confiance aux discours commericaux, renseignez-vous sur les applications avant de les installer et de les utiliser.


Quand des armes françaises se distinguent à l’étranger : NobelSport au Burkina

Il y a quinze jours, l’excellent Reflets.info documentait les activités à l’étranger d’un vendeur d’armes numériques français bien connu : Amesys/Nexa.

Aujourd’hui, intéressons-nous aux armes physiques dites “à létalité réduite”, commercialisées par une entreprise française également réputée dans son domaine : NobelSport.

Il s’avère que lors de la viste de Macron à Ouagadougou, il y a eu quelques affrontements entre des jeunes et la police.

Et savez-vous quelles armes à utilisé la police pour maintenir les jeunes à distance ?

La grenade lacrymogène NobelSport :

Ce qui est marrant avec «la démocratie», c’est que la France cherche toujours à en exporter les idées autant que les outils coercitifs.


Informations/Crédits photo :