Scientology Leaks 186 : Ability 176 A Minor

Téléchargez le fichier...
Informations :

Langue : Anglais
Format : PDF
Nombre de pages : 4
Année de parution : 1965

Téléchargement du document


Quand l’OCLCTIC censure Indymedia Grenoble, ou la censure administrative a deux vitesses

La censure administrative, ou comment la police censure en choisissant spécifiquement ses cibles.

  • Partie 1 : Les faits :

Lors de la nuit de jeudi 21 septembre, à trois heures du matin, un incendie a ravagé un hangar de la gendarmerie de Grenoble, ainsi que la cinquantaine de véhicules qui s’y trouvaient.

Le même jour à treize heures, un texte de revendications est publié sur Indymedia Grenoble.

  • Partie 2 : La presse relate les faits :

Suite à cet incendie, puis a sa revendication, de nombreux quotidiens régionaux ou nationaux relayent cette actualité.

  • Partie 3 : La censure choisie de l’OCLCTIC :

Quelques heures plus tard, l’équipe du site Indymedia Grenoble reçoit (via Indymedia) un mail de l’OCLCTIC, le mail est disponible à l’adresse suivante, le motif justifié par l’OCLCTIC est l’apologie du terrorisme :

https://grenoble.indymedia.org/2017-09-21-solidarite-incendiaire

Indymedia Grenoble remplace donc la revendication par le mail de l’OCLCTIC.

Et là ça va devenir interessant.

Comme le remarque l’ami taziden dans son très bon billet de blog à lire ici, la véritable blague de ce cas particulier est que le texte dont la publication est reprochée à Indymedia Grenoble est reproduit à l’identique en intégralité sur le site du quotidien régional Le Dauphine Libéré :

taziden ajoute « À l’heure où j’écris cet article, et à ma connaissance, l’OCLCTIC n’a pas demandé au Dauphiné Libéré de supprimer le texte de revendication. Le Dauphiné Libéré n’a pas été menacé de faire l’apologie du terrorisme. »

Il ne pourrait y avoir que le Dauphiné Libéré, bon, encore ça passerait, mais d’autres médias reprennent partiellement ou en intégralité ledit communiqué de revendication, l’énumération n’est pas exhaustive :

 

  • Sur le compte Twitter de « Le Week » fondé par Jean-Paul Ney, par deux fois : ici et :

Sur Europe 1 à cette adresse :

Mais également sur Libération à cette adresse :

Est-ce que l’OCLCTIC ira demander au Dauphiné, à LeWeek, à Europe 1 et à Libération de supprimer leurs articles sous prétexte d’apologie du terrorisme ?



Oui, filmer la police dans la rue est légal

Oui, tout le monde (simple particulier ou journaliste) peut filmer la police (hors services spéciaux), et c’est même le ministère de l’intérieur qui l’a affirmé par deux fois :

  • La première, par la circulaire numéro 2008-8433-0 en date du 23 Décembre 2008 :

  • La seconde, dans une fiche mémo Amaris :




L’illogisme de la scientologie

Sur la huitième page du magazine de la scientologie Celebrity 248 (disponible ici), la scientologie fait la publicité son ouvrage « Gestion efficace du temps » :

Penchons-nous un peu sur l’illogisme total du paragraphe, en effet, confrontons-le à la réalité du monde du travail (vu que la seconde partie affirme « qui peuvent vous permettre de travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts » … « la pression liée au travail« ).

Afin de gagner du temps, une personne peut être plus rapide sur une tâche mais également ne pas en réaliser certaines, nous allons donc confronter la prose de la scientologie avec des situations concrètes du monde du travail :

  • Situation 1 : Un chauffeur routier (ou tout travailleur de transport tel que Taxi, Chauffeur de bus, Livreur à vélo) :

Comment un chauffeur routier peut-il travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts ?

  1. Sachant que la personne doit respecter scrupuleusement le code de la route.
  2. Sachant que la personne doit respecter des règles de sécurité des passagers ou des biens (hors code de la route), autrement dit, des obligations légales.
  3. Sachant que si la personne est taxi/livreur à vélo, elle doit gérer les encaissements et le relationnel avec le client.
  • Situation 2 : Un(e) employé(e) de bureau : (Style Legendre Patrimoine/Magnificia)

Comment un employé de bureau peut-il travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts ?

  1. Sachant que nombre de ses tâches (en particulier les cas complexes) dépendent d’autres personnes, d’autres services ou de l’administration (en particulier dans les banques).
  2. Sachant que l’employé-e doit respecter des obligations légales, en particulier concernant la comptabilité, la facturation et le suivi.
  3. Sachant que l’employé-e est soumis-e à une hiérarchie et à un réglement d’entreprise, il/elle ne peut pas faire n’importe-quoi sur la réalisation des différents travaux.
  • Situation 3 : Un(e) ouvrier(e) :

Comment un(e) ouvrier(e) peut-il travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts ?

  1. Sachant que l’ouvrier(e) doit respecter les process de fabrication/réparation des biens.
  2. Sachant que l’ouvier(e) doit assurer la qualité de son produit réalisé sans oublier une étape.
  3. Sachant que l’ouvrier(e) peut-être ralenti par une machine automatisée et que cette période ne peut pas être compressée.
  4. Sachant que l’ouvier(e) doit respecter des règles d’hygiène, de sécurité, des biens et des personnes, autrement dit, des obligations légales.

Bien évidemment, ces situations & exemples concrets cités ne sont pas exhaustifs.

Conclusion : Comment la scientologie peut prétendre qu’une personne « peut travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts » ?

Situations et exemples à l’appui, cela est un non-sens.




Scientology Leaks 180 : Celebrity 223 Français

Sur la dernière photo de la page de gauche, vous pourrez remarquer la présence -entres-autres- de Gaelle Michaud, Dominique Horny, Cyril Bourny ainsi que Rachid K. (suspecté dans l’affaire de l’enlèvement de Martine B. en Sardaigne en 2008).


Scientology Leaks 179 : Ability 172

Téléchargez le fichier...
Informations :

Langue : Anglais
Format : PDF
Nombre de pages : 12
Année de parution : 1965

Téléchargement du document


Scientology Leaks 178 : Ability 171

Téléchargez le fichier...
Informations :

Langue : Anglais
Format : PDF
Nombre de pages : 8
Année de parution : 1965

Téléchargement du document


Scientology Leaks 177 : Ability 170

Téléchargez le fichier...
Informations :

Langue : Anglais
Format : PDF
Nombre de pages : 8
Année de parution : 1965

Téléchargement du document


Review : Mon avis sur le service client Parrot (été 2017)

Petit retour d’expérience sur le service client de Parrot.

Par habitude, quand je suis satisfait (ou non) d’un service ou d’une prestation, j’essaye de ne pas répondre aux « questionnaires de satsfaction internes » (que je trouve truqués) mais de laisser des avis détaillés sur les internets, afin qu’ils soient accessibles au plus grand nombre et ainsi partager mon retour d’expérience, qu’il soit fabuleux ou désastreux.

Aujourd’hui je possède un blog, Parrot étant une société un peu connue, par conséquent je décide de poster mon avis ici.

Tous les éléments présentés ici tels que le récit et les screens sont vrais, j’ai cependant occulté certains détails (références permettant l’identification).


Courant Juin, j’ai acheté un objet chez Parrot, je me le suis fait livré à mon domicile sans problème (ce point est important).

Fin Juin, alors en vacances dans le sud, lors d’une mauvaise manipulation j’ai légèrement cassé cet objet, rien de grave mais il est devenu inutilisable.

Pas d’inquiétude, le Parrot Store en ligne propose des pièces détachées afin de réparer mon objet rapidement, quinze jours plus tard, une fois rentré chez moi, je commande les pièces nécessaires.

Hop, je paye via Paypal (je sais, Paypal toussa, mais je sais que si j’ai une galère ils ont un support efficace), ce point est également important.

Mais patatras ! Alors que le mail de Chronopost indique que j’étais censé être livré tel jour, je n’ai rien reçu, ça tombe bien, j’avais aussi commandé une veste qui a été récéptionnée par mon gardien, j’en profite pour lui demander s’il n’a pas un autre colis à mon nom, mais non.

J’attends quelques jours, puis je me décide à contacter Parrot via leur support en ligne :

Bonjour,

Je n’ai pas de nouvelles de ma commande XXXXXX-XXXXXX (une XXXXXXXXXX) réalisée il y a une semaine.

Bien à vous,

XXXXXXXXX XXXXXXXXXX
ref:_XXXXX_XXXXXXXX:ref

Quarante-huit heures plus tard, toujours pas de réponse, je renvoie exactement le même message au même support, environ vingt-quatre heures plus tard, j’ai reçu une réponse de Parrot :

Cher client

Selon les informations de Chronopost, il semblerait que votre colis ait été livré le XX/07.
Pouvez-vous me confirmer la bonne réception de votre paquet?

Merci
Parrot
==============

Je répond dans la journée par ce mail :

Madame, Monsieur,

 
Je vous confirme mes messages des précédents jours, je n’ai toujours pas reçu ladite commande.
 
Je n’ai rien reçu dans ma boîte aux lettres, je suis malgré tout passé chez mon gardien hier soir pour savoir sur il y avait quelque-chose (parce-que desfois ils ne déposent pas de papier…) mais il n’a rien.
 
Bien à vous,
 
XXXXXXX XXXXXXXXXX
Le lendemain, à l’aide de mon numéro de dossier et de mon numéro de commande, j’enchaîne sur un appel téléphonique au service client Parrot afin de prendre connaissance des démarches à effectuer, l’opératrice m’informe qu’il faut rédiger une lettre, je reçois ce mail :
 
Hop, je rédige une attestation en quelques minutes puis que je transmets au sevice client de Parrot (le numéro de référence de dossier est dans l’objet du mail) :

Le lendemain, Parrot répond à ma lettre par ce mail :

Question 1 : Pourquoi Parrot veut impérativement que la lettre soit manuscrite ? de plus, ce n’était pas mentionné dans le premier message (voir ci-dessus).

Question 2 : Pourquoi Parrot est incapable de me fournir correctement la démarche à effectuer dans le premier mail ?

Pour accuser réception de leur « nouvelle » procédure, je leur envoie ce petit mail :

étrangement, je n’ai pas obtenu de réponse…

Hop, je me lève tôt et va chez les flics afin d’être le premier à faire cette putain de plainte et re-rédiger leur putain de lettre…

Hop, l’après-midi même (oui, contrairement à Parrot je ne perds pas de temps) je leur envoie tout par mail :

Le lendemain, réponse de Parrot :

Spoiler : Parrot ne m’a pas tenu infomé dès que possible.

Hop, après avoir attendu quinze jours nous sommes un vendredi, je téléphone à Parrot, l’opératrice me communique de nouvelles informations mais refuse de m’en transmettre d’autres (au mépris de la réglementation en vigueur).

Et quand Parrot envoie le tout, c’est dans un mail sans message, directement la pièce-jointe :

Après cet échange assez compliqué avec l’opératrice, j’apprends que mon colis aurait été retiré sous un autre nom (WTF ??!!) au point-relais de mon quartier, hop, direction le pont-relais.

On vérifie avec mon nom, le nom sous lequel autait été retiré le colis, le numéro du colis, la date, et finalement… Rien.

A ce moment, j’en profite pour faire un litige Paypal, car je considère que Parrot traîne des pieds (avec un peu de mauvaise foi ?) sachant surtout que selon la loi, c’est l’expéditeur qui est responsable.

Mail généré par Paypal suite au litige ouvert.

Le lendemain (Samedi), je file au magasin Parrot (le Parrot Store) situé à Opéra (Paris), et j’explique mon problème à un vendeur (très sympa & compréhensif d’ailleurs), il m’invite à rédiger sur papier libre mon problème rencontré et il le fera transmettre au support Lundi matin première heure.

Lundi Matin première heure, je téléphone au même Parrot Store d’Opéra, il est au courant de la réclamation à transmettre mais je suis un peu tombé au mauvais moment (il était le seul vendeur dispo), il m’invite à le rappeler dans 10 minutes.

Un petit quart d’heure après, je le rapelle, je tombe sur un autre vendeur également au courant, il venait de transmettre mon message au service dédié.

Deux minutes plus tard, je reçois un appel, c’est J. du support technique Parrot, qui trouve une solution (près d’un mois que j’attendais cela, mdr) :

Il s’agit du dernier opérateur que j’ai eu au téléphone, il a voulu me renvoyer le colis dans les mêmes conditions que celui qui a été « perdu », j’ai demandé alors a le récupérer à la boutique Parrot de Paris mais cela n’était pas possible car les deux points de vente (store online et boutique physique) sont « séparés », donc il m’a indiqué qu’il allait me rembourser rapidement et que j’allais ensuite acheter mes pièces à ladite boutique, puis a envisagé de me fournir une batterie en guise de dédommagement, je n’en ai cependant pas vu la couleur (peut-être parce-que j’ai refusé que Parrot me ré-envoie ma commande originale).

En gros, j’ai mis plus d’un mois à attendre mes pièces alors que j’aurais pu le faire directement en une heure en allant directement à la boutique Parrot Opéra.

Pour essayer de conclure…

Choses à revoir :

  • Clareté des procédures à réaliser par le client (j’ai perdu deux jours à cause de cela).
  • Tâches réalisées qui doivent être réalisées par Parrot qui le sont finalement par le client (CF Code civil/code de la consommation, j’ai perdu 3 jours à cause de cela).
  • Envoyer une photo de sa pièce d’identité sans aucune information sur la gestion (quid des données personelles ?).
  • Process de suivi client (j’entend par suivi le fait que c’est systématiquement moi qui ait dû relancer Parrot et non l’inverse, malgré le fait qu’ils avaient de nouveaux éléments à me communiquer), j’ai perdu plus de 15 jours à cause de cela.
  • Non-réponse du premier contact (2+1 = trois jours de perdus).
  • Non-réponse après mon second mail (quatre jours de perdus).
  • Refus de communication des pièces indispensables (échanges avec Chronopost), c’est illégal.
  • Opérateur Parrot qui invite le client « à positiver, ne pas s’inquiéter et à ne pas perdre espoir » (c’est arrivé deux fois, ça doit-être rédigé dans le guide des formules types à utiliser en relation clientèle) sans agir de manière efficace sur le fond du dossier.
  • Etre obligé de faire un litige Paypal pour obtenir satisfaction.

Bonnes choses :

  • Temps d’attente au téléphone assez réduit.
  • Prise en compte des informations (pas comme chez Wiko ou pire : Auchan).
  • Rapidité du remboursement (moins d’une journée sachant que le délai légal est de 14 jours).
  • Compte-rendu par mail suite à appel téléphonique (je l’ai systématiquement demandé, je ne sais pas si c’est un process de l’opérateur sinon).

Quand Fireworld (Edouard Lamoine) se plaint auprès de Google…

Avant propos : La lecture de l’article Comment être certain que mon fils est gay ? ou l’homophobie d’un vendeur de logiciels espion est un pré-requis afin de comprendre à minima ce billet, il s’agit en quelque-sorte d’un second épisode de la série.


Voilà que ce matin, j’ai découvert sur le site lumendatabase.org une nouvelle notification concernant mon blog.

Nous avons reçu des nouvelles de notre « ami » Edouard et, visiblement, il n’a pas l’air très content :

Bon, alors déjà, le guignol parle de messages anciens (ouais, tu parles, des messages de la veille) et fallacieux (alors que de nombreux éléments le désignent comme lié à cette boîte homophobe merdique qu’est Fireworld).

Le voila donc qu’il chouine auprès de Gougleuh afin d’obtenir le déréférencement de l’article qui le chagrine tant (pauvre petit chou).

Les trois premières URL censurées par le terme « REDACTED » sont les mots-clés suivants :

Comme par « hasard », notre « ami » Edouard, en se baladant sur « Gougleuh » et « Twitheure », repère de vilains messages « diffamatoires » et très négatifs (le pauvre bichon !) le concernant, ayant été repris sur le réseau social en question.
Vilain, vilain !

  • Point droit :

Concernant la diffamation :

Le site service-public.fr nous offre une définition de la diffamation, vu qu’Edouard Lamoine/Fireworld prétend être victime de cette infraction, lisons ensemble cela :

La diffamation est une fausse accusation qui porte atteinte à l’honneur et à la considération d’une personne.

J’aimerai bien savoir qu’elle est la fausse accusation dans l’article Comment être certain que mon fils est gay ? vu que tous les propos sont sourcés et/ou screenés.

Une diffamation est une allégation ou imputation (accusation) d’un fait non avéré qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne. C’est-à-dire que l’auteur des propos accuse sa victime d’avoir commis tel ou tel fait précis.

Rien de précis, Edouard Lamoine ayant rédigé un petit torchon de deux lignes à Gougleuh en ne citant aucun propos de l’article.

Le fait en question peut faire l’objet, sans difficultés, d’une vérification et d’un débat contradictoire.

Un débat contradictoire ? Avec grand plaisir.

Les preuves doivent être parfaites, complètes et liées aux accusations émises. Elles doivent bien prouver que ses propos sont réels et que le fait concerné a été commis.

Avis à notre clown Edouard donc…

Sur le fond : Concernant la gestion de la société Fireworld, de nombreux éléments (objectifs & publics) pointent vers Edouard Lamoine.

  • Comment Edouard Lamoine peut expliquer que son nom & prénom (ainsi que son numéro & adresse) apparaîssent dans le WhoIs du site fireworld.fr ?

  • Comment Edouard Lamoine peut expliquer que son prénom apparaîsse dans plusieurs screens issus des tutoriaux vidéos de Fireworld ?

  • Si Edouard Lamoine est totalement étranger à Fireworld, comment est-il possible qu’il découvre « par hasard » (selon ses dires) que l’on parle de lui sur ce blog, Twitter ou tout un tas d’autres sites d’actualités (plus de dix articles à ce jour).

 

Il n’est pas nécessaire de lui rappeler qu’il existe en France un principe immuable, la liberté de la presse et d’expression, et des lois condamnant l’homophobie et l’espionnage numérique.

Pourquoi ne pas avoir contacté l’administrateur du site en question afin de faire supprimer le contenu ? ou mieux, pourquoi ne pas avoir assigné (au pénal ou au civil) devant le tribunal pour ces mêmes motifs ? ou demander un droit de réponse.

En fait, Edouard Lamoine/Fireworld a fait exactement comme Magnificia Investissement/Legendre Patrimoine : a défaut de s’attaquer sur le fond (que dire face à certains éléments avérés), ils contactent directement Google.

Enfin, cher Fireworld/Edouard Lamoine, si tu te sens diffamé par l’article Comment être certain que mon fils est gay ? ou l’homophobie d’un vendeur de logiciels espion, attaque-donc le site en diffamation.
Nous pourrons ainsi nous retrouver face à face devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris.

A bonne entendeur, mon gros rageux fragile, plein de bisous super gays.