Quand un proche de la Nouvelle Acropole et de la scientologie tente (pas si) discrètement de faire ami-ami avec l’ex-présidente de l’Unadfi Catherine Picard

L’information a été publiée en Juin dernier par l’excellent Arnaud Palisson (son blog ici) : En avril 2019, lors du salon Masonica (la journée du livre maçonnique de Bruxelles) Frédéric Vincent donne l’accolade à Mme Picard :

Capture d’écran Facebook

Petite photo qui peut sembler en apparence anodine, mais il y a comme un problème :

Catherine Picard a été députée PS entre 1997 et 2002, mlitante active contre les dérives sectaires, elle est à l’origine de la loi dite “About-Picard” (lien) et, entre 2004 et 2019, elle a présidée l’UNADFI : La principale association française dans le domaine.

Quand à Frédéric Vincent, est copain-copain avec la Nouvelle Acropole, pour qui il donne des conférences et des entrevues (à lire ici et ici) :

Captures d’écrans des sites mentionnés ci-dessus.

La Nouvelle Acropole est une organisation à caractère sectaire selon plusieurs associations anti-sectaires ainsi que deux rapports parlementaires.

Selon le CCMM-Centre Roger Ikor, l’idéologie de cette organisaton est proche de l’extrême droite :

Extrait d’une revue publiée en Mai 2005 par le CCMM (ISBN 2.7459.1794.3)

Depuis près de vingt ans, la Nouvelle Acropole fait parler d’elle :

La Dépeche : Toulouse. Une secte qui s’avance masquée.
Le Parisien : La Nouvelle Acropole indésirable.
Infos-sectes Midi Pyrénées : La Nouvelle Acropole après…
CCMM : Enquête sur la Nouvelle Acropole à Marseille
Gemppi : La Nouvelle acropole est-elle une secte ?

Ce n’est pas tout, Frédéric Vincent est également copain-copain avec Eric Roux : haut responsable et “ministre” de la scientologie, avec qui il écrit régulièrement dans la revue Rebelle(s), et y fait écho à la litanie scientologique, comme nous pouvons remarquer dans le sommaire du 13e numéro de Rebelle(s) sorti en mars 2018 :

 

Sommaire du numéro 13 de la revue Rebelle(s)

Ou encore, plus récemment, dans les mentions du dernier numéro sorti en Mai dernier (il est consultable ici en intégralité et gratuitement) :

 

Extrait des mentions du dernier numéro de Rebelle(s)

Nous pouvons croire qu’il ne s’agit là que de rares collaborations, mais en se penchant plus près, nous avons remarqué qu’il existe des liens d’amitiés entre Frédéric Vincent et Eric Roux :

Capture d’écran Facebook

Selfie de Frédéric Vincent lors d’une réunion de rédaction avec Eric Roux.

On peut se poser des questions sur cette photographie et les liens entre une personne proche de mouvements sectaires (Frédéric Vincent) et une spécialiste de ces questions (Catherine Picard).

On peut penser qu’il ne s’agit que d’une simple photo, cependant, il existe visiblement une amitié entre Mme Picard et M.Vincent :

Capture d’écran Facebook

Quelle est la nature de leurs contacts ? Mme Picard connaissaît-elle les liens sectaires de M. Vincent ?

Au vu des nombreuses publications Facebook et des multiples publications référencées de M.Vincent sur Google, il semble peu problable qu’elle ne le savait pas, Mme Picard a-t-elle fermé les yeux sur les liens sectaires que possède M. Vincent ?

M.Vincent veut-il faire de l’entrisme auprès de personnes plutôt respectables ? (Catherine Picard est Chevalier et Officier de la Légion d’honneur).

Contactée, Catherine Picard a refusée de nous répondre sur le sujet, et cela malgré de nombreuses relances.


Le pro-sectaire Christian Cotten (proche de la scientologie) tente de nouveau de s’infiltrer auprès des enfants placés

Publié par Avocat-Vinaigrette le 18 Juin 2019.

Malgré notre précédent article (à lire ici), Christian Cotten – célèbre de par ses démêlés judiciaires, ses produits soit-disant miraculeux, sa proximité avec la scientologie et le lobby pro sectaire (la CAP-LC) – continue à tourner autour du délicat sujet des enfants placés.
Il a d’ailleurs récemment eu rendez-vous avec le député Jean Lassalle, tout en se gardant bien de ne pas préciser le lourd passif dont il bénéficie.

Monsieur Lassalle a d’ailleurs été alerté quand au danger que représente, selon moi, cet individu.

Il est inquiétant de constater que ce genre d’individus cherchent à influencer nos députés et à pervertir le travail des anciens enfants placés et de celles & ceux qui les soutiennent.

C’est ainsi que notre équipe l’a -une nouvelle fois- repéré le lundi 13 Mai 2019 au colloque du Sénat relatif à la question des enfants placés à l’ASE.

Il nous paraît évident que les organisations sectaires ont tout intérêt à récupérer des anciens enfants placés, afin de les endoctriner et de se donner une image. Plus l’ancien placé aura été victime de sévices et plus les sectes se tiendront en embuscade afin de profiter de sa détresse.

Quelques photos :

 

Nous continuerons à garder cet individu à l’œil. En effet, nous ne voulons pas de fondus sectaires dans nos combats, nous refusons de le voir pervertir notre lutte et de tenter une récupération de notre mouvement.

 

Avocat vinaigrette.


Quand le conspi-zinzin Christian Cotten -proche des organisations sectaires- tente de détourner le mouvement initié par les anciens enfants placés

Publié par Avocat-Vinaigrette le 9 Avril 2019.


Paris, 12 Mars 2019, Bourse du Travail,

Après le scandale révélé par le reportage de France 3 sur la condition des enfants pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (lien YouTube ici) une enquête à été ouverte par le parquet de Bordeaux, mais aussi, en Île-de-France, un collectif d’anciens enfants placés s’est constitué dans le but de faire enfin évoluer la situation.

Leur premier événement a eu lieu le 12 Mars 2019 à la Bourse du Travail à Paris, la thématique de ce premier rendez-vous était axé sur “La Rue à 18 Ans” : quotidien malheureusement trop fréquent des jeunes sortant de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Témoignage d’anciens placés, échanges avec les élus et professionnels se sont succédé tout au long de la soirée, régulièrement interrompu par la pollution générée par un groupe d’individus aux propos et à l’attitude outrancière allant jusqu’à imaginer des complots délirants.

Certains d’entre-eux avançant que les jeunes témoignant ce soir là étaient en réalité payés par l’ASE, d’autres affirmant que l’ASE les avaient conditionnés afin qu’ils servent par la suite ce même service.

Le groupe en question ne réagissait pas à la thématique ou aux échanges, mais réagissaient à des mots sans même prendre l’effort d’écouter les intervenants.

A titre d’exemple : Lorsque la profession des intervenant.es étaient éducateurs/éducateurs spécialisés -ou en lien avec la protection de l’enfance-, ces derniers se mettaient à hurler, à pester et cherchaient quasi-systématiquement parfois au beau milieu des interventions, à monter en tribune, polluant encore plus l’événement qu’ils avaient visiblement l’intention de saboter.

Certains propos étant encore plus délirants : en effet, une femme a demandé à l’une des intervenantes combien de fois l’ASE l’avait forcé à avorter.

Au passage, le sénateur des Hauts-De-Seine Xavier Iacovelli, passablement excédé, a souligné en public ce comportement totalement indigne.

Au milieu de cette meute de gêneurs se tenait un homme bien connu de notre rédaction (dont nous avons déjà parlé de lui dans cet article) mais également de la justice, d’internet et de la MIVILUDES : le dénommé Christian Cotten.

Silicium organique, scientologie, liste anti-sionniste du nauséabond Dieudonné… quelques informations sur Christian Cotten à lire ici, vous pouvez également regarder ces deux vidéos : vidéo 1, vidéo 2. Récemment, Cotten s’est mis à traîner avec Tepa : un membre bien connu de “la dissidence” (en carton) qui a créé patriote. info après avoir escroqué ses anciens potes de MetaTv.

Reprenons notre soirée.

D’anciens enfants de l’ASE ont dû s’interposer afin de canaliser certains de ces gêneurs qui cherchaient à en venir aux mains entre deux bordées d’injures.

Repéré par plusieurs personnes, cet individu au comportement étrange, n’a pas hésité à menacer plusieurs membres de l’organisation de poursuites judiciaires.

Il serait visiblement celui qui aurait mené ce groupe de gêneurs.

Quelques photos :

 

En conclusion, les enfants de l’Aide Sociale à l’Enfance en ont suffisamment bavé comme ça sans avoir besoin de subir l’entrisme d’individus et/ou d’organisations complotistes, sectaires (ou de toute autres charlatans) et de toute évidence, extrêmement mal intentionnées.

MONSIEUR COTTEN, ON VOUS A L’OEIL, RESTEZ LOIN DE NOUS !


Avocat-Vinaigrette (persea americana) est né le 30 Février 1969.
Il est consultant, spécialiste des questions relatives à la protection des mineurs et aux organisations sectaires.


Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ? : Mise au point

Suite à la publication de l’article “Amiante : Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ?” le quinze Juin dernier,  le CROUS de Versailles n’a pas tardé à réagir, par conséquent, la rédaction vous propose une petite mise au point afin de démonter les “arguments” et de démontrer la mauvaise foi du CROUS de Versailles.

En effet, le week-end suivant la publication, un tract a été apposé dans plusieurs endroits de la résidence “La Croix St Sylvère” et dans de nombreuses boîtes aux lettres.

Le tract diffusé reprenait les questions dudit article et invitait les lecteurs à s’y rendre.

Bien évidemment, le Lundi suivant, le CROUS de Versailles se devait de réagir, quitte à prendre quelques largesses avec les éléments diffusés dans l’article et le sujet de l’article en lui-même (c’est à se demander s’ils l’ont bien lu).

Voici le mail envoyé par le CROUS le Lundi suivant (19 Juin), à tous les résidents :

“Mesdames, Messieurs,

Nous faisons suite aux tracts placardés dans la résidence ce jour.
Afin de vous apporter des renseignements complémentaires et de répondre à vos questions, nous vous invitons à une réunion d’information tenue par Madame l*****-B***** Directrice du Site de Cergy et de Monsieur S** Directeur des Résidences de Cergy, qui se tiendra ce jour lundi 19 juin :

Dans la salle près de la laverie à 17 h 30
En vous remerciant pour votre présence.
Bien cordialement.”

A la “réunion d’information” (nommer ainsi sans les guillemets ce désatre de communication serait lui donner de l’importance) , le CROUS de Versailles n’ayant pas grand chose à dire sur le fond -comme à son habitude- a plutôt communiqué sur la forme, voici quelques propos :

“La directrice du site de Cergy(Madame B***** )a affirmé “qu’une demande avait été adresséeau Crous de Versailles par un mystérieux journaliste anonyme mi-maiet qu’une réponse complète lui avait été envoyée”.

Visiblement, le Crous de Versailles ignore ce qu’est un nom de plume dans la presse.

Ensuite, la même administration ignore ce qu’est une rédaction, l’article est pourtant signé.

Pour terminer, le CROUS n’a pas été contacté “mi-mai” mais au millieu du mois de Juin, le 12 pour être précis :

Screen d’une partie du mail envoyé au CROUS de Versailles.

Retour à la “réunion d’information” :

“Le CROUS a fait faire une analyse de terrain qui avait été réalisée par une société spécialisée et qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter.”

Voici une preuve de la non-lecture par le CROUS de l’article, en effet, nous avons publié des éléments de ladite analyse afin d’appuyer nos propos.

“Le CROUS communiquera les éléments de réponses par le directeur de la résidence par voie d’affichage. Ils démontrent que le CROUS a fait les choses dans l’ordre et en toute légalité et n’a en aucun cas mis en danger les résidents.”

Regardons de plus près “ces éléments de réponse”, pour faire court, il n’y a aucun élément, aucun rapport, aucune photo, aucune attestation, juste des mots, sans aucune preuve, et on peut affirmer qu’ils ne sont pas allés bien loin, en effet, ils ont copié le mail adressé à notre rédaction :

Exactement.Le.Même.Mail :

“Communication” du CROUS à l’entrée de la résidence.

 


Mail (coupé en trois parties) envoyé à notre rédaction le 14/06/2017.

Et le CROUS inventa l’amiante… non séparable.

On avait envie de traiter ce cas bien qu’il avait déjà été traité dans l’article, en particulier concernant le non-sens de l’encapsulation malgré une “absence de danger” selon le CROUS.

Aussi, “L’absence de danger” (au niveau terme individualisé) avancée par le CROUS est également fausse.

Pour faire concis : à aucun endoit (dans tous les documents), le terme “fibre d’amiante non séparable” ou “amiante non séparable” n’apparaît.

Ah, et comme nous sommes un minimum sérieux, nous allons vous le montrer.
Quelques captures issues des divers documents réalisés par des experts :


Une précision est importante sur l’amiante, elle est indiquée dans un rapport (RAPPORT N°OPDHLM-06 200521) réalisé en Septembre 2005 :

Or, comme démontré sur les photos de ce blog ainsi que sur celles visibles ci-dessus issues du rapport d’expertise, l’intégrité des dalles d’amiantes n’est absolument pas préservée.

Le rapport réalisé en Septembre 2005 (RAPPORT N°OPDHLM-06 200521) est d’ailleurs très clair là dessus :

  • Si quelqu’un voit les termes “fibre d’amiante non séparable” ou “amiante non séparable” on vous invite à nous contacter.
  • De l’amiante a été à l’air libre dans les couloirs et cuisines pendant de nombreuses années dans la résidence gérée par le CROUS de Versailles “La Croix St Sylvère” dans un “état dégradé pour les autres matériaux et produits” indique un rapport datant de 2005 !!! (voir éléments ci-dessus).
  • Enfin, fin Juin 2017, des dalles cassées étaient toujours visibles à la résidence de “La Croix St Sylvère”. De l’amiante est-elle présente dans ces dernières ?

Pour conclure, si notre article et cette mise au point sont faux ou mensongers, portent illégalement atteinte à la réputation et à l’honneur, pourquoi le CROUS de Versailles ne porte t’il pas plainte ? pour diffamation par exemple ? En effet, ce serait avec grand plaisir que les membres de la rédaction s’expliqueraient devant un tribunal.

 

La rédaction.

NDLR : Certains noms ont étés anonymisés.


Amiante : Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ?

Il était une fois, la résidence universitaire “La Croix St Sylvère”.

Cette résidence, située à Cergy-Pontoise (Val d’Oise, au nord de Paris), est administrée par le CROUS de Versailles.

Cette administration est notoirement connue pour avoir d’excellents avis sur Google :

En effet, de nombreux étudiants ayant eu affaire à eux, laissent des notes (et commentaires associés) peu élogieux sur leur visite.

Même avec des faux avis ou une “agence de e-réputation” il va être particulièrement compliqué de remédier à tout cela, on vous laisse lire ici.

Cette résidence, tristement célèbre l’an passé à cause de son état général pitoyable a connu depuis, de menus travaux pour une somme d’au moins 446 000 euros.

En effet, l’an dernier, l’état général de la résidence était (au vu des photos) comparable à la célèbre ville de Pripiat en Ukraine.

Voici quelques exemples :

  • Dans les douches :

  • Dans les couloirs :

  • De nouveau dans les douches :

En fait, vous avez tout un tas de photos de la résidence sur ce blog dédié.

Tout cela s’est terminé dans Le Parisien, sur VO News et dans cette vidéo VO News disponible sur Youtube.

Comme nous avons pu le remarquer, les conditions de vie indignes dans lequelles étaient les résidents se sont depuis, quelque peu améliorées, en effet, de menus travaux ont étés effectués grâce aux différents articles de presse très élogieux mentionnés ci-dessus.

La rédaction a pu mettre la main sur quelques documents concernant lesdits travaux, plusieurs dossiers sont relatifs à la contamination des locaux par de l’amiante.

L’un de ces dossiers attire tout particulièrement notre attention : l’Encapsulage des dalles amiantées dans les couloirs et dans une chambre.

En effet, suite à un dégât des eaux, le CROUS remarque dès les premiers jours de 2016 (le 4 Janvier pour être précis) que des dalles en vinyle sont décollées dans un couloir et une chambre :

Extrait du document de mise en conccurence.

Entre les premiers contacts avec les entreprises de désamiantage et la correction du problème il se sera déroulé presque quatre mois :

Facture intégrale du recouvrement des dalles amiantées.

Lors de cette période, pourquoi le CROUS de Versailles n’a t’il pas communiqué sur la dangereusité des plaques en question ?

Comme nous pouvons le voir, il ne s’agit pas de quelques centimètres de petites dalles, mais plus de 25 mètres carrés de dalles amiantées qui ont été enlevées :

Devis complet des travaux.

Comme précisé, il ne s’agit pas de la présence d’amiante dans un mur ou sur un plafond mais sur le sol, là où les personnes marchent, et par conséquent frottent leurs pieds sur ledit sol.

Ainsi, le matériau est dégradé par frottement et par  conséquent, le risque sanitaire est beaucoup plus important.

Comme le mentionne le dossier de diagnostics techniques, de l’amiante a été constatée dans les dalles :

Dossier de diagnostics techniques.

Surtout que dans la résidence “La Croix St Sylvère”, des dalles vinyle au sol qui se décollent, ou intégralement arrachées il y en avait un sacré paquet à la même époque :

Nous avons envoyé les questions ci-dessous au CROUS de Versailles par mail qui indique que “la présence de fibres d’amiante non séparable a été constatée dans les dalles” (NDLR : Le terme “fibres d’amiante non séparable” n’apparaît dans aucun des rapports fournis par le CROUS).

Concernant l’obligation d’information, le CROUS de Versailles indique “Il est communiqué sur demande de ces derniers.  A notre connaissance aucune demande n’a été formulée par des étudiants.”

Contrairement à ce qu’a répondu en réponse le CROUS de Versailles, en affirmant qu’aucun résident n’a cherché à obtenir de documentation quant à l’état de la résidence, c’est suite à une non-réponse de ladite administration concernant un ensemble de documents portants sur les travaux de la résidence de la Croix St Sylvère que la CADA avait été saisie.

En effet, le CROUS de Versailles n’ayant guère montré de volonté à communiquer les documents que la loi lui imposait de transmettre au résident en question.

La CADA a donné raison au résident demandeur qui a pu obtenir, conformément à la loi, les documents demandés et les fournir aux personnes intéressées.

Nous relevons également, dans la réponse de ladite administration de nombreuses incohérences : Comment peut-on affirmer que les “fibres d’amiante sont non séparable” alors que dans le même paragraphe, le CROUS affirme :“afin d’éviter la dispersion de fibres d’amiante dans l’atmosphère” :

Capture d’écran du mail de réponse du CROUS.

Si les fibres sont “non séparables”, pourquoi vouloir éviter leur “dispersion dans l’atmosphère” ? Cela n’a pas de sens.

Le service de communication du CROUS de Versailles n’a pas été en mesure d’apporter des réponses en cohérence par rapport aux questions que nous leur avons adressées.

Questions :

Cet article a fait l’objet début Juillet 2017 d’une mise au point suite à la communication du CROUS de Versailles : Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ? : Mise au point.

Grâce aux résidences amiantées du CROUS de Versailles, vous avez la certitude de recroiser un jour vos camarades qui, eux, ont choisi médecine.

La rédaction.