Fact Checking : Mylène Escudier (Scientologie/CCDH) a-t-elle menti pour faire déréférencer ce blog ?

Question : Mylène Escudier (CCDH/OSA Scientologie) a-t-elle menti à Google afin de tenter de faire déréférencer cinq pages de ce blog -et même l’intégralité de ce blog- ?

Bon, si vous avez la flemme de lire, autant spoil direct et répondre par “Oui, Mylène Escudier a bien menti et à même réalisé un fausse déclaration avec un volume d’accusations infondées assez ahurissant”.

Si vous ne connaissez pas Mylène Escudier, il s’agit de la présidente du CCDH (Commission Citoyenne Des Droits de l’Homme, une organisation écran à la secte scientologie très active contre la psychiatrie), peut-être qu’elle doit leur en vouloir de ne pas pouvoir être soignée.

Elle organise régulièrement des manifestations sauvages devant les hopitaux pychiatriques (à lire ici et ) et n’hésite pas, par l’intermédiaire de son association, à récupérer le malheur des autres (à lire ici et ).

Il s’avère que depuis quelques mois, j’ai eu à écrire sur elle, mais également sur ces deux groupes qu’elle fréquente très assidûment donc : le CCDH et la scientologie.

Or, une source bien informée m’a indiquée qu’une certaine “Mylène présidente du CCDH” avait fait une demande de déréférencement auprès de Google, cette dernière est consultable sur le site LumenDatabase à l’adresse suivante.

Quelle fût ma grande surprise en lisant le torchon qu’elle a rédigé à Google :

Les liens :

Les deux permiers liens censurés sont les suivants :

https://benjaltf4.me/tag/mylene-escudier-ccdh/ et https://benjaltf4.me/tag/mylene-escudier-osa/

Les “arguments” :

Attention, l’ensemble de ses “arguments” sont mensongers, et la liste est longue…

” Alors que ces deux articles critiquent violement certaines personnes et cherchent à les discriminer.”

Les faits :

Les deux articles mentionnés peuvent-être consultés ici et .

Le documentaire d’Arte (à lire ici) démontrant qu’il s’agit de gens dangereux, je pense qu’il est d’intérêt public de dévoiler le nom de ceux qui participent (ou avaient participé) à ces activités.

D’aucune façon, je ne cherche à “discriminer” des personnes, aussi, je ne vois absolument pas de critique violente (ni même de critique d’ailleurs) mais uniquement des éléments concrets et objectifs d’un éventuel délit de parjure devant le Sénat.

Un autre “argument” :

“Je ne comprends pas pourquoi mom nom est cité dans le tag d’un de ces deux articles alors que cet article ne me concerne pas.”

Les faits :

Cet article n’étant pas précisé, je vais prendre l’ensemble des articles, il y en a quatre au total : tous la concernent :

 

 

 

  • OSA : Le service secret de la secte scientologie” : Ce documentaire d’Arte démontrant qu’il s’agit de gens dangereux, je pense qu’il est d’intérêt public de dévoiler le nom de ceux qui participent (ou avaient participé) à ces activités, par conséquent, elle est concernée.

Un autre “argument” :

“Le tag de mon nom et prénom a donc été volontairement rajouté de façon à ce que cela ressorte dans les moteurs de recherche.”

Les faits :

Comme démontré si dessus, non, chaque article taggué la concerne.

Pour Mylène Escudier (et comme les autres membres de la scientologie) toute information critique est forcément à bannir, paye ta pensée unique, paye ton formatage de cerveau !

Autre “argument” :

“Le site https://benjaltf4.me/ a été créé par un anonyme, qui se présente comme “troll gestapute islamo-gauschiste et antisémite” et “blogueur qui diffuse des virus informatiques sur son blog”. https://benjaltf4.me/a-propos/.”

Les faits :

Bon c’est le ponpon ! là je mets directement en doute les capacités de lecture et de compréhension de Mme Escudier.

La page “à propos” (consultable ici) mentionne quelques descriptions de mon blog faites par différentes personnes morales ou physiques, de plus, pourquoi avoir demandé le déréférencement de cette page alors que Mylène Escudier n’est absolument pas mentionnée ?

Aussi, pourquoi avoir demandé le déréférencement complet du blog ? (cinquième et dernière URL).

De plus, non Mme Escudier, l’auteur principal de ce blog n’est pas anonyme, tout comme ce blog d’ailleurs, de plus, même si je l’étais, cela n’est absolument pas interdit.

De toute évidence, Mylène Escudier du CCDH (association écran à la secte scientologie) a réalisé une déclaration mensongère.

Conclusion :

Démonstration à l’appui, oui, il s’avère bien que Mylène Escudier a menti, mais également, a commis un délit puni de 15 000 euros d’amende & d’un an de prison (voir alinéa 4) afin de faire déréférencer de Google plusieurs pages, articles et même l’intégralité de ce blog.

 


Crédits pour l’image skeptical-science.com


#34c3 Jour 4 : Quelques images

Quatrième et dernier jour au 34c3 à Leipzig, première conférence sur la recherche et le suivi des capacités de surveillance du gouvernement italien au moyen d’outils de transparence en utilisant la disponibilité des ensembles de données sur les marchés publics, requis par les lois anti-corruption, pour découvrir les capacités de surveillance du gouvernement en Italie.

Italy’s surveillance toolbox : Quelques images :

Ça cause en salle Dijkstra. :

Point Catcher at :

Seconde conférence sur Briar “Resilient P2P Messaging for Everyone” : une nouvelle messagerie chiffrée sur smartphone en peer-to-peer :

Briar est une application de messagerie peer-to-peer qui résiste à la censure et fonctionne même sans accès à Internet. L’application chiffre toutes les données de bout en bout et masque également les métadonnées en utilisant les services d’oignon de Tor.

Dans le monde entier, la communication est de plus en plus surveillée et restreinte. Si la communication ne peut pas être écoutée, elle est souvent complètement bloquée.

Nous devons développer des outils plus résilients face à ces menaces. La communication et l’expression doivent être libres. La censure ne devrait pas être possible. Même si Internet était totalement bloqué (CF en Iran ces dernires heures), les gens devraient être capables de communiquer.

Quelques images :

Troisième conférence sur un référendum à propos de la surveillance aux Pays-Bas :

Les agences de renseignement néérlandaises seront bientôt autorisées à analyser massivement les données de masse de civils, en interceptant le trafic internet et en accédant en temps réel à toutes sortes de bases de données.

“Fuck Dutch mass-surveillance : let’s have a referendum ! Forcing the Netherlands to publicly debate privacy and the intelligence agencies”.

Quelques images :

Enfin, dernière conférence sur l’internet à Cuba :

L’accès à Internet à Cuba est notoirement restrictif. ETECSA, le FAI géré par le gouvernement, offre 60 hotspots sans fil dans les parcs et les hôtels, permettant aux étrangers et aux citoyens de “visiter” Internet pour seulement 1 $ de l’heure, c’est ce que la plupart des touristes connaissent d’Internet à Cuba.
Dans cet exposé, nous examinerons de plus près la vie des hackers cubains et nous visiterons un ensemble dynamique de réseaux communautaires que les touristes ordinaires ne voient jamais. L’histoire qui émerge est une vision inspirante de ce que les communautés peuvent (et ne peuvent pas) accomplir face à l’adversité.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du dernier jour au 34c3 :


Quand l’OCLCTIC censure Indymedia Grenoble, ou la censure administrative a deux vitesses

La censure administrative, ou comment la police censure en choisissant spécifiquement ses cibles.

  • Partie 1 : Les faits :

Lors de la nuit de jeudi 21 septembre, à trois heures du matin, un incendie a ravagé un hangar de la gendarmerie de Grenoble, ainsi que la cinquantaine de véhicules qui s’y trouvaient.

Le même jour à treize heures, un texte de revendications est publié sur Indymedia Grenoble.

  • Partie 2 : La presse relate les faits :

Suite à cet incendie, puis a sa revendication, de nombreux quotidiens régionaux ou nationaux relayent cette actualité.

  • Partie 3 : La censure choisie de l’OCLCTIC :

Quelques heures plus tard, l’équipe du site Indymedia Grenoble reçoit (via Indymedia) un mail de l’OCLCTIC, le mail est disponible à l’adresse suivante, le motif justifié par l’OCLCTIC est l’apologie du terrorisme :

https://grenoble.indymedia.org/2017-09-21-solidarite-incendiaire

Indymedia Grenoble remplace donc la revendication par le mail de l’OCLCTIC.

Et là ça va devenir interessant.

Comme le remarque l’ami taziden dans son très bon billet de blog à lire ici, la véritable blague de ce cas particulier est que le texte dont la publication est reprochée à Indymedia Grenoble est reproduit à l’identique en intégralité sur le site du quotidien régional Le Dauphine Libéré :

taziden ajoute “À l’heure où j’écris cet article, et à ma connaissance, l’OCLCTIC n’a pas demandé au Dauphiné Libéré de supprimer le texte de revendication. Le Dauphiné Libéré n’a pas été menacé de faire l’apologie du terrorisme.

Il ne pourrait y avoir que le Dauphiné Libéré, bon, encore ça passerait, mais d’autres médias reprennent partiellement ou en intégralité ledit communiqué de revendication, l’énumération n’est pas exhaustive :

 

  • Sur le compte Twitter de “Le Week” fondé par Jean-Paul Ney, par deux fois : ici et :

Sur Europe 1 à cette adresse :

Mais également sur Libération à cette adresse :

Est-ce que l’OCLCTIC ira demander au Dauphiné, à LeWeek, à Europe 1 et à Libération de supprimer leurs articles sous prétexte d’apologie du terrorisme ?