#34c3 Jour 4 : Quelques images

Quatrième et dernier jour au 34c3 à Leipzig, première conférence sur la recherche et le suivi des capacités de surveillance du gouvernement italien au moyen d’outils de transparence en utilisant la disponibilité des ensembles de données sur les marchés publics, requis par les lois anti-corruption, pour découvrir les capacités de surveillance du gouvernement en Italie.

Italy’s surveillance toolbox : Quelques images :

Ça cause en salle Dijkstra. :

Point Catcher at :

Seconde conférence sur Briar “Resilient P2P Messaging for Everyone” : une nouvelle messagerie chiffrée sur smartphone en peer-to-peer :

Briar est une application de messagerie peer-to-peer qui résiste à la censure et fonctionne même sans accès à Internet. L’application chiffre toutes les données de bout en bout et masque également les métadonnées en utilisant les services d’oignon de Tor.

Dans le monde entier, la communication est de plus en plus surveillée et restreinte. Si la communication ne peut pas être écoutée, elle est souvent complètement bloquée.

Nous devons développer des outils plus résilients face à ces menaces. La communication et l’expression doivent être libres. La censure ne devrait pas être possible. Même si Internet était totalement bloqué (CF en Iran ces dernires heures), les gens devraient être capables de communiquer.

Quelques images :

Troisième conférence sur un référendum à propos de la surveillance aux Pays-Bas :

Les agences de renseignement néérlandaises seront bientôt autorisées à analyser massivement les données de masse de civils, en interceptant le trafic internet et en accédant en temps réel à toutes sortes de bases de données.

“Fuck Dutch mass-surveillance : let’s have a referendum ! Forcing the Netherlands to publicly debate privacy and the intelligence agencies”.

Quelques images :

Enfin, dernière conférence sur l’internet à Cuba :

L’accès à Internet à Cuba est notoirement restrictif. ETECSA, le FAI géré par le gouvernement, offre 60 hotspots sans fil dans les parcs et les hôtels, permettant aux étrangers et aux citoyens de “visiter” Internet pour seulement 1 $ de l’heure, c’est ce que la plupart des touristes connaissent d’Internet à Cuba.
Dans cet exposé, nous examinerons de plus près la vie des hackers cubains et nous visiterons un ensemble dynamique de réseaux communautaires que les touristes ordinaires ne voient jamais. L’histoire qui émerge est une vision inspirante de ce que les communautés peuvent (et ne peuvent pas) accomplir face à l’adversité.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du dernier jour au 34c3 :


Quand l’OCLCTIC censure Indymedia Grenoble, ou la censure administrative a deux vitesses

La censure administrative, ou comment la police censure en choisissant spécifiquement ses cibles.

  • Partie 1 : Les faits :

Lors de la nuit de jeudi 21 septembre, à trois heures du matin, un incendie a ravagé un hangar de la gendarmerie de Grenoble, ainsi que la cinquantaine de véhicules qui s’y trouvaient.

Le même jour à treize heures, un texte de revendications est publié sur Indymedia Grenoble.

  • Partie 2 : La presse relate les faits :

Suite à cet incendie, puis a sa revendication, de nombreux quotidiens régionaux ou nationaux relayent cette actualité.

  • Partie 3 : La censure choisie de l’OCLCTIC :

Quelques heures plus tard, l’équipe du site Indymedia Grenoble reçoit (via Indymedia) un mail de l’OCLCTIC, le mail est disponible à l’adresse suivante, le motif justifié par l’OCLCTIC est l’apologie du terrorisme :

https://grenoble.indymedia.org/2017-09-21-solidarite-incendiaire

Indymedia Grenoble remplace donc la revendication par le mail de l’OCLCTIC.

Et là ça va devenir interessant.

Comme le remarque l’ami taziden dans son très bon billet de blog à lire ici, la véritable blague de ce cas particulier est que le texte dont la publication est reprochée à Indymedia Grenoble est reproduit à l’identique en intégralité sur le site du quotidien régional Le Dauphine Libéré :

taziden ajoute “À l’heure où j’écris cet article, et à ma connaissance, l’OCLCTIC n’a pas demandé au Dauphiné Libéré de supprimer le texte de revendication. Le Dauphiné Libéré n’a pas été menacé de faire l’apologie du terrorisme.

Il ne pourrait y avoir que le Dauphiné Libéré, bon, encore ça passerait, mais d’autres médias reprennent partiellement ou en intégralité ledit communiqué de revendication, l’énumération n’est pas exhaustive :

 

  • Sur le compte Twitter de “Le Week” fondé par Jean-Paul Ney, par deux fois : ici et :

Sur Europe 1 à cette adresse :

Mais également sur Libération à cette adresse :

Est-ce que l’OCLCTIC ira demander au Dauphiné, à LeWeek, à Europe 1 et à Libération de supprimer leurs articles sous prétexte d’apologie du terrorisme ?


Quand Fireworld (Edouard Lamoine) se plaint auprès de Google…

Avant propos : La lecture de l’article Comment être certain que mon fils est gay ? ou l’homophobie d’un vendeur de logiciels espion est un pré-requis afin de comprendre à minima ce billet, il s’agit en quelque-sorte d’un second épisode de la série.


Voilà que ce matin, j’ai découvert sur le site lumendatabase.org une nouvelle notification concernant mon blog.

Nous avons reçu des nouvelles de notre “ami” Edouard et, visiblement, il n’a pas l’air très content :

Bon, alors déjà, le guignol parle de messages anciens (ouais, tu parles, des messages de la veille) et fallacieux (alors que de nombreux éléments le désignent comme lié à cette boîte homophobe merdique qu’est Fireworld).

Le voila donc qu’il chouine auprès de Gougleuh afin d’obtenir le déréférencement de l’article qui le chagrine tant (pauvre petit chou).

Les trois premières URL censurées par le terme “REDACTED” sont les mots-clés suivants :

Comme par “hasard”, notre “ami” Edouard, en se baladant sur “Gougleuh” et “Twitheure”, repère de vilains messages “diffamatoires” et très négatifs (le pauvre bichon !) le concernant, ayant été repris sur le réseau social en question.
Vilain, vilain !

  • Point droit :

Concernant la diffamation :

Le site service-public.fr nous offre une définition de la diffamation, vu qu’Edouard Lamoine/Fireworld prétend être victime de cette infraction, lisons ensemble cela :

La diffamation est une fausse accusation qui porte atteinte à l’honneur et à la considération d’une personne.

J’aimerai bien savoir qu’elle est la fausse accusation dans l’article Comment être certain que mon fils est gay ? vu que tous les propos sont sourcés et/ou screenés.

Une diffamation est une allégation ou imputation (accusation) d’un fait non avéré qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne. C’est-à-dire que l’auteur des propos accuse sa victime d’avoir commis tel ou tel fait précis.

Rien de précis, Edouard Lamoine ayant rédigé un petit torchon de deux lignes à Gougleuh en ne citant aucun propos de l’article.

Le fait en question peut faire l’objet, sans difficultés, d’une vérification et d’un débat contradictoire.

Un débat contradictoire ? Avec grand plaisir.

Les preuves doivent être parfaites, complètes et liées aux accusations émises. Elles doivent bien prouver que ses propos sont réels et que le fait concerné a été commis.

Avis à notre clown Edouard donc…

Sur le fond : Concernant la gestion de la société Fireworld, de nombreux éléments (objectifs & publics) pointent vers Edouard Lamoine.

  • Comment Edouard Lamoine peut expliquer que son nom & prénom (ainsi que son numéro & adresse) apparaîssent dans le WhoIs du site fireworld.fr ?

  • Comment Edouard Lamoine peut expliquer que son prénom apparaîsse dans plusieurs screens issus des tutoriaux vidéos de Fireworld ?

  • Si Edouard Lamoine est totalement étranger à Fireworld, comment est-il possible qu’il découvre “par hasard” (selon ses dires) que l’on parle de lui sur ce blog, Twitter ou tout un tas d’autres sites d’actualités (plus de dix articles à ce jour).

 

Il n’est pas nécessaire de lui rappeler qu’il existe en France un principe immuable, la liberté de la presse et d’expression, et des lois condamnant l’homophobie et l’espionnage numérique.

Pourquoi ne pas avoir contacté l’administrateur du site en question afin de faire supprimer le contenu ? ou mieux, pourquoi ne pas avoir assigné (au pénal ou au civil) devant le tribunal pour ces mêmes motifs ? ou demander un droit de réponse.

En fait, Edouard Lamoine/Fireworld a fait exactement comme Magnificia Investissement/Legendre Patrimoine : a défaut de s’attaquer sur le fond (que dire face à certains éléments avérés), ils contactent directement Google.

Enfin, cher Fireworld/Edouard Lamoine, si tu te sens diffamé par l’article Comment être certain que mon fils est gay ? ou l’homophobie d’un vendeur de logiciels espion, attaque-donc le site en diffamation.
Nous pourrons ainsi nous retrouver face à face devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris.

A bonne entendeur, mon gros rageux fragile, plein de bisous super gays.


Comment être certain que mon fils est gay ? ou l’homophobie d’un vendeur de logiciels espion

La petite enquête qui va suivre a été rédigée via le compte Twitter de l’amicale du Refuge.

Les propos en italique et entre étoiles sont ceux qui étaient disponibles sur le site internet de la société Fireworld.


 

La société Fireworld vend des logiciels pour *surveiller à distance l’activité d’un ordinateur*, pour le moment, tout va bien, mais ladite entreprise propose grâce à son logiciel de *savoir si son fils est gay* dans un article intitulé *comment être certain que son fils est gay ?*

Vous noterez que l’article est illustré avec la photo de .

*Cet article vous aidera à déterminer si oui ou non votre fils est gay.* : Le ton est donné, *Vous pensez que votre fils est gay ? Certains éléments ne trompent pas*

*Les indices pouvant indiquer que votre fils est gay : Voici les éléments qui accentueraient la probabilité que votre fils soit gay* :

*si vous parveniez à pirater son compte Facebook , il ne serait qu’une question de minutes pour déterminer si oui ou non votre fils est gay*, *Pour cela, nous avons une solution remarquablement efficace, et qui fait tous les jours parler d’elle: le logiciel espion pc.*

*Vous voulez donc vraiment vous assurer de l’orientation sexuelle de votre fils ? Car oui, vous vous dites certainement que si il est gay vous ne serez peut-être jamais grand-parent et vous n’aurez pas le bonheur de connaître vos petit-fils. Malheureusement, sur ce point, il ne faut pas se montrer égoïste : si votre enfant est gay, il n’y peut rien car ce n’est pas un choix de sa part. Vous devriez l’accepter tel qu’il est car après tout, tant qu’il ne se met pas à porter des robes et à se mettre du rouge à lèvres il est tout aussi normal que n’importe quel autre jeune de son âge.*

*VÉRIFIER SI IL VISITE DES FORUMS À TENDANCE GAY : Le monde des gays est relativement restreint et méconnu*.

*Utiliser notre logiciel espion pour surveiller un ordinateur à distance est un bon moyen de découvrir si votre fils fréquente de tels forums, le point important est de savoir à quelles communautés et groupes il appartient sur les réseaux sociaux une fois son compte Facebook piraté tout simplement en regardant depuis son propre compte les groupes qu’il a rejoint. Si certains groupes s’intitulent *Les gays so swag* ou encore *Gays de France*, alors à ce moment-là le doute n’est plus permis, et vous saurez enfin la vérité.*

*ESPIONNER SES MESSAGES PRIVÉS : Dans votre quête pour répondre à la question que vous vous posez depuis le début, comment savoir si mon fils est gay, la plus puissante arme qui puisse être de votre côté est l’accès à ses messages privés.*

*En effet, il est certain à 100% que dans le cas où il serait gay, votre fils a déjà envoyé des messages à d’autres garçons gays. La plupart de ces connaissances se font via le réseau social Facebook, qui facilite grandement le rapprochement entre homosexuels car il permet de rentrer en contact facilement avec des personnes clairement identifiées comme étant gay.*

*Espionner un ordinateur se révélera simple et efficace, dans le but de pirater un compte Facebook afin d’obtenir une réponse sur comment savoir si mon fils est gay.*

Vous aurez notez que ces gens parlent uniquement d’homosexualité masculine. Assez révélateur.

Coucou la CNIL.

Fireworld semble faire du ménage, ils viennent de supprimer l’article initial, oubliant le doublon :

Ce n’est pas tout, Fireworld a contacté l’Amicale du Refuge, affirmant que “Ces articles avaient pour seul but d’améliorer le référencement & n’étaient pas destinés à être lus par des humains” :

Mais avec une petite recherche sur Twitter…

Concernant la gestion de la société Fireworld, de nombreux éléments pointent vers Edouard Lamoine, un ancien étudiant de Télécom Lille résidant à Versailles  :

Dans un tuto faisant la publicité de Fireworld est indiqué un peu partout le nom d’Edouard :

L’Amicale des jeunes du Refuge a sollicité par mail, téléphone, SMS, et via Facebook Edouard Lamoine. ils n’ont obtenu aucune réponse. Il fait du ménage derrière lui.


Quand Orange participe à la censure d’internet en RDC

Lors du dernier THSF, dans la conférence de Nothing to Hide (à partir de la 41e minute) Fo0_ avait affirmé que lorsque Orange était invité par un gouvernement peu démocratique à couper internet, l’opérateur français s’éxecutait rapidement, mais c’est dans un tweet en date de mardi dernier que la preuve concrète et irréfutable vient de fuiter :

La censure d’un pays, c’est simple comme une lettre à Orange.

Comme l’affirme Reporters Sans Frontières, Orange a donné suite à cette demande, comme l’ont confirmé de nombreuses sources contactées par RSF. “Quand le gouvernement nous dit ‘on frappe fort’, on le fait, on n’a pas le choix, confirme ainsi un cadre congolais de l’opérateur. Ils décident, nous n’avons aucune indépendance.”

Pour rappel le bloquage d’internet à toujours été fait pour masquer des exactions, Orange en RDC c’est environ 9 Millions d’abonné(e)s, 9 millions de congolais actuellement coupés d’internet.