La scientologie a t’elle mis en place un système illégal de vidéo protection ?

La scientologie a-t’elle mis en place un système illégal de vidéo-protection filmant la voie publique ?

En effet, depuis plusieurs mois déjà, une caméra est installée à l’entrée principale de l’église de scientologie à Paris (Rue Jules César Paris 12e) :

Cette caméra, orientée sur la voie publique, ne porte pas de panneau informatif concernant les mentions légales pourtant obligatoires (quid de la déclaration en préfecture ?).

  • Extrait de la réglementation concernant la vidéosurveillance de la voie publique et des lieux ouverts au public (service-public.fr) :

La demande d’autorisation d’installation de caméras de surveillance sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public s’effectue auprès du préfet du lieu d’implantation (du préfet de police à Paris).
[…]
L’autorisation est délivrée pour une durée de 5 ans renouvelable.
Après obtention de l’autorisation, le responsable du dispositif doit en déclarer la mise en service à la préfecture.
[…]
Le public doit être informé de l’existence du dispositif de vidéoprotection.
L’information doit être faite par affiche ou pancarte, comportant un pictogramme représentant une caméra.

Questions :

  • L’église de scientologie a t’elle déposée une demande d’autorisation de ce système à la préfecture ?
  • Par conséquent, ce système est-il autorisé ?
  • Quid du droit d’accès aux images de vidéo-surveillance ? (ça va être difficile d’identifier le destinataire de la demande vu qu’il n’y a aucun panneau informatif pourtant obligatoire).
  • Quid de la durée de stockage des images ?

Visiblement, les organisations à caratère sectaires semblent avoir l’habitude de ce genre de pratiques.
En effet, l’an passé, nous avons documenté les agissements des Mormons du Chesnay (à lire ici et ).


Copie France : La magouille continue !

L’an passé, j’avais rédigé un petit article intitulé copiefrance.fr : Amateurisme ou dissimulation volontaire ? traitant d’une conférence donnée à THSF par Marc Rees de NextInpact et ayant comme sujet la taxe sur la copie privée.

Mon article en question s’attardait en particulier sur le non-référencement volontaire via la configuration du site de Copie France et en particulier, son robots.txt, il s’avère que visiblement le sujet vous intéresse un peu car c’est le 5e billet le plus lu de mon blog.

Le week-end dernier (17/18 Novembre), j’étais à Toulouse pour le Capitole du Libre, il s’avère que Marc Rees y tenait également le même merveilleux sujet de conférence que l’an passé :

Depuis l’an passé, rien n’a changé.
Le fichier robots.txt sur le site de Copie France n’a toujours pas été modifié.
La procédure de remboursement est toujours aussi complexe (si ce n’est impossible).
Copie France s’en fourre toujours plein les poches.

Lien des slides de cette conférence :

Les petits secrets

 

Ah, j’oubliais. il n’y a pas que le robots.txt qui est pourri sur le site de Copie France, leur configuration TLS l’est également :


#PSES2018 : Call For Hack

Échangeons et partageons, pour une société connectée plus libre !

Un air de liberté soufflera sur Choisy-le-Roi, du 28 juin au 1 juillet 2018 : c’est le festival Pas Sage En Seine !

Pas Sage En Seine est le festival numérique de tous les curieux, passionnés, bidouilleurs et activistes.
Plus encore, Pas Sage En Seine est ouvert, sympa et on y parle de tout, avec tout le monde.

Alors, c’est vrai, le numérique fait partie intégrante de notre vie : nos combats, nos résistances et notre société toute entière sont connectés.
Mais saisissons-nous bien ses enjeux ?

Envie d’en parler, de questionner, de troller dans la joie et la bonne humeur ?
Vous êtes au bon endroit : participez !

Quoi ?

Des ateliers, des conférences, des échanges, des rires, des jeux et bien d’autres choses encore.

Qui ?

Des individus et associations : ici, on parle librement, on se retrouve autour de thèmes qui nous concernent et nous importent.

Refaisons le monde, à travers d’échanges riches et partages délicieux : soyons pas sages en Seine ensemble !

Je veux participer !

Alors, dès maintenant, et jusqu’au 31 mars, proposez vos conférences et vos ateliers.

Tous les sujets sont les bienvenus ! (Et surtout ceux sans rapport avec l’informatique)

Ne visitez pas Pas Sage En Seine : faites-le vivre et créons-le ensemble dès aujourd’hui !

https://cfh.passageenseine.fr/


#34c3 Jour 4 : Quelques images

Quatrième et dernier jour au 34c3 à Leipzig, première conférence sur la recherche et le suivi des capacités de surveillance du gouvernement italien au moyen d’outils de transparence en utilisant la disponibilité des ensembles de données sur les marchés publics, requis par les lois anti-corruption, pour découvrir les capacités de surveillance du gouvernement en Italie.

Italy’s surveillance toolbox : Quelques images :

Ça cause en salle Dijkstra. :

Point Catcher at :

Seconde conférence sur Briar “Resilient P2P Messaging for Everyone” : une nouvelle messagerie chiffrée sur smartphone en peer-to-peer :

Briar est une application de messagerie peer-to-peer qui résiste à la censure et fonctionne même sans accès à Internet. L’application chiffre toutes les données de bout en bout et masque également les métadonnées en utilisant les services d’oignon de Tor.

Dans le monde entier, la communication est de plus en plus surveillée et restreinte. Si la communication ne peut pas être écoutée, elle est souvent complètement bloquée.

Nous devons développer des outils plus résilients face à ces menaces. La communication et l’expression doivent être libres. La censure ne devrait pas être possible. Même si Internet était totalement bloqué (CF en Iran ces dernires heures), les gens devraient être capables de communiquer.

Quelques images :

Troisième conférence sur un référendum à propos de la surveillance aux Pays-Bas :

Les agences de renseignement néérlandaises seront bientôt autorisées à analyser massivement les données de masse de civils, en interceptant le trafic internet et en accédant en temps réel à toutes sortes de bases de données.

“Fuck Dutch mass-surveillance : let’s have a referendum ! Forcing the Netherlands to publicly debate privacy and the intelligence agencies”.

Quelques images :

Enfin, dernière conférence sur l’internet à Cuba :

L’accès à Internet à Cuba est notoirement restrictif. ETECSA, le FAI géré par le gouvernement, offre 60 hotspots sans fil dans les parcs et les hôtels, permettant aux étrangers et aux citoyens de “visiter” Internet pour seulement 1 $ de l’heure, c’est ce que la plupart des touristes connaissent d’Internet à Cuba.
Dans cet exposé, nous examinerons de plus près la vie des hackers cubains et nous visiterons un ensemble dynamique de réseaux communautaires que les touristes ordinaires ne voient jamais. L’histoire qui émerge est une vision inspirante de ce que les communautés peuvent (et ne peuvent pas) accomplir face à l’adversité.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du dernier jour au 34c3 :


#34c3 Jour 3 : Quelques images

Pour cette troisième journée au 34c3 à Leipzig, la première conférence de 11H30 portait sur la taxation des grands groupes de l’internet (dont les GAFAM), et en particulier sur les procédés d’évasion fiscale dont ils sont les spécialistes.

Il s’agit d’une belle plongée dans le monde merveilleux des affaires (koukou Elise Lucet).

Quelques images :

Seconde conférence, sur les DRM : Ces menottes numériques ou matérielles qui brident les utilisateurs dans l’utilisation de leurs biens ou services.

Ce qu’on perd avec les DRM ? L’accessibilité, par exemple la possibilité de modifier pour en faire quelque chose de mieux.

Les DRM restreignent l’utilisation des produits par l’utilisateur alors que c’est ce dernier qui paye le produit restreint…

Comment sortir du monde des DRM au quotidien ?

Quelques images :

Troisième et dernière conférence de la journée sur Wireguard : un paquet VPN qui est promis à un bel avenir.

Quelques images :

Pour conclure, quelques images du 34c3 :


#34c3 Jour 1 : Quelques images

Petit retour en images sur cette première journée du 34c3 qui se déroule à Leipzig.

En coulisses, le staff prépare les T-shirts et hoodies, ils seront disponibles demain dès 14 heures :

Première conférence de la journée : #WTFrance présentée par Agnès et Okhin de la Quadrature du Net.

Cette conférence aborde les problèmatiques du chiffrement en France, au niveau de l’évolution et des récentes lois liberticides :

Evolution des différentes lois liberticides au fil des années :

Petit best-of des citations d’hommes politiques sur le chiffrement et/ou internet :

Petite conclusion via des propositions de solutions :

Petit tour par le village associatif et le stand de TOR :

Puis petite conférence sur la situation d’internet et des réseaux de communication en Iran présentée par Mahsa Alimardani :


Petit retour sur le capitole du libre 2017

Comme l’an passé, j’étais présent il y a deux semaines au Capitole du Libre à Toulouse.

Proposé sur deux jours sur l’excellent site de l’INP-ENSEEIHT, le programme était bien chargé et rangé par catégories (libre, vie privée, sécurité, jeux…).

Avec un nombre de visiteurs similaire à celui de l’an passé (environ 1500 personnes sur l’ensemble du WE), un grand bravo et merci aux bénévoles, RDV l’année prochaine !

Quelques images :


Petit retour sur le GreHack 2017

 

 

Pour sa cinquième édition, le GreHack s’est un peu plus professionnalisé, toujours présentée en langue anglaise avec un programme assez chargé et varié, la conférence se déroule dans le même amphi depuis quelques années déjà.

Les améliorations apparues l’an passé comme le Wi-fi ont étés maintenues, notons l’apparition de grosses boîtes type Siemens et Google en tant que sponsors.

Cependant, l’organisation reste toujours DIY, et cela se remarque via les conférences non nommées disponibles sur Youtube ou le rangement des badges avant distribution peu de temps avant l’ouverture au public.

Le buffet (enfin, les buffets) sont toujours au rendez-vous et bien garnis.

Quelques images :

 


Quand la secte scientologie distribue le chemin du bonheur dans Paris…

Le Chemin du Bonheur (The Way To Happiness en Anglais) est une association-écran à la secte scientologie, une petite recherche sur Google vous permettra de le voir très rapidement :

Après avoir diffusé massivement leurs livrets de chemin du bonheur à St Denis mais également pendant l’euro de football qui s’est déroulé l’été dernier (via leur association écran “non à la drogue”) la secte scientologie continue l’opération de dissémitation de propagande sectaire en s’installant tranquillou Place de la bataille de Stallingrad le Samedi 23 Septembre dernier.

Voilà qu’ils se sont mis à privatiser plus de cent-cinquante mètres carrés d’espace public afin de diffuser leur livrets.

Afin de pouvoir financer cela, la scientologie a levé plus de 7400 euros via une campagne Ulule :

L’équipe de rédaction serait curieuse de savoir si -entres-autres- la SACEM a bien touchée les 90 euros prévus.

Visiblement, le maire du 19e n’a pas trop aimé cette privatisation, comme il l’a fait savoir dans un communiqué :

Et Le Parisien en a fait un article : Paris : le flash mob des scientologues fait tousser le maire du XIXe :

Paris : le flash mob des scientologues fait tousser le maire du XIXe

La manifestation déclarée est prévue samedi après-midi sur la place de la Bataille-de-Stalingrad (XIXe). «Son caractère prosélyte (me) paraît difficilement contestable», estime François Dagnaud.

«L’Eglise de scientologie avance masquée» s’alarme le maire (PS) du XIXe François Dagnaud. La manifestation de la fondation internationale du Chemin du bonheur, une émanation de l’Eglise de scientologie, prévue samedi après-midi sur la place de la Bataille-de-Stalingrad (XIXe), a beau avoir été déclarée à la préfecture de police, elle n’est pas du goût de l’élu qui a fait part de son mécontentement dans un communiqué.

« Je prends la liberté de rendre publique mon opposition catégorique à cette initiative dont le caractère prosélyte paraît difficilement contestable » souligne François Dagnaud, qui précise que la mairie du XIXe n’a délivré aucune autorisation pour ce « rassemblement statique ». La fondation annonce la tenue d’un flash mob et d’une exposition sur un espace de 150 m2 de la place Stalingrad dans le cadre d’une campagne baptisée « Paix et Tolérance ».

Un «faux-nez» de l’Eglise de scientologie 

Toujours selon l’élu, « personne ne peut raisonnablement douter que le Chemin du bonheur est un ’faux-nez’de l’Eglise de scientologie française, dont le caractère sectaire a été plusieurs fois démontré, jusqu’à une condamnation, en 2013, pour escroquerie en bande organisée ». Craignant un « trouble à l’ordre public », il demande à la préfecture de police de « réinterroger la sincérité de cette déclaration de manifestation revendicative ».

Sur son site Internet, la fondation, basée en Californie, explique que sa mission est de coordonner la distribution mondiale du livret « Le Chemin du bonheur », écrit en 1981 par L. Ron Hubbard, fondateur de l’église de scientologie. « À ce jour, 87 millions de livrets ont été distribués en 97 langues et dans 174 pays » écrit la fondation.

leparisien.fr

Cela n’a pas empêché cette manifestation d’avoir lieu.

Le livret en question :

Quelques mises en situation du Chemin du Bonheur :

Afin de passer de la théorie à la pratique, rien de mieux qu’une petite mise en situation afin de schématiser les propos du livret :

Comment faire plus en moins de temps, travailler deux fois plus vite en faisant deux fois moins d’efforts :

 

Conclusion : Faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais.

 

Quelques photos :

 

 

L’équipe de rédaction vous propose une petite analyse du stand “Espace partenaire” :

Il est 15H13 quand cette photo a été prise (soit à peu près à la mi-période de la manifestation) :

Selon la page de financement Ulule la partie concernant la réception des commerçants est budgetée à hauteur de 50 €, et les frais de réception à hauteur de 250 € :

Ah, et si la page serait ammenée à disparaître, on en a fait une sauvegarde ici sur Archive.org.

Comme vous pouvez le remarquer, nous pouvons observer deux maigres grappes de raisin, cinq bouteilles, 9 sachets de thé de marque Lipton et quelques packs d’eau posés à même le sol à 1€20 l’unité, et comme vous pouvez le remarquer sur cette page, il s’agit de l’eau ayant le prix au litre le plus bas (13 centimes d’euros) :

L’ensemble parraît très bas par rapport au budget prévu de 50 € et encore plus éloigné des 300 euros (réception des commerçants + frais de réception).

Vu que visiblement la totalité du budget prévu n’a pas été dépensé, qu’a fait le Chemin du Bonheur (la scientologie) de cet argent ?

   

Une personne en civil était présente et semblait très bien connaître les protagonnistes en t-shirts bleu, serait-il un membre de l’OSA ? (le service de renseignement de la secte scientologie).

S’agit-il d’un membre de l’OSA ?

 

La scientologie prennait tellement de place avec leurs livrets que les témoins de Jéhovah sont partis :

Place Stallingrad, une secte peut en cacher une autre.


Oui, filmer la police dans la rue est légal

Oui, tout le monde (simple particulier ou journaliste) peut filmer la police (hors services spéciaux), et c’est même le ministère de l’intérieur qui l’a affirmé par deux fois :

  • La première, par la circulaire numéro 2008-8433-0 en date du 23 Décembre 2008 :

  • La seconde, dans une fiche mémo Amaris :