Contre Schuon : Bande Annonce par ShadowOmbre

Dans les milieux spirituels occidentaux qui se prétendent les plus proches d’un ésotérisme authentique, un homme, Frithjof Schuon, devient un espoir en 1936.

Âgé seulement de 29 ans, il organise la première confrérie soufie en Europe, avec l’autorisation d’un cheikh algérien reconnu dans tout le monde arabo-musulman.

A Lausanne où il base sa tariqa, il initie des hommes avides de se rattacher à un courant traditionnel, orthodoxe, loin des dérives occultistes ayant fait florès depuis le milieu du 19ème siècle.

En 1991, Schuon, 84 ans, se retrouve accusé par un disciple pour des histoires de mœurs et de nudité en présence de mineurs lors d’assemblées spirituelles “indiennes” dans sa confrérie qui est désormais installée à Bloomington, Indiana (USA).

Un procès a lieu, la justice conclue à un non-lieu. Mais l’image de l’homme et du coup de sa pensée, de son œuvre (plus d’une vingtaine d’ouvrages sur la métaphysique) ainsi que de sa confrérie, est sérieusement écornée alors même qu’il est soutenu par des universitaires célèbres en science des religions tels que Huston Smith, Hossein Nasr, et tant d’autres.

Les passions s’exacerbent, les tensions se cristallisent.

Des témoignages sortent, le plus souvent sous forme de livres. Sont-ils le reflet d’une vérité ou bien simplement des calomnies qui deviennent rumeurs, lancées pour cause de rancœurs, de jalousies, voire de volonté diabolique ?

La censure administrative réalisée par les schuoniens est-elle juste, ou n’était-ce qu’un moyen d’empêcher la vérité de se manifester ?

Mais de quelle vérité parle-t-on ?

C’est ce que je souhaite aborder dans ma prochaine vidéo ayant pour titre « Contre Schuon » !

Il faut tenter de sortir de la mêlée de ces sombres histoires.

Les individualités importent peu ; je n’ai pas la capacité de sonder les âmes et les cœurs et je ne suis pas juge, ni sur Terre, ni dans le Ciel. Néanmoins, prendre de la hauteur n’est pas possible en économisant le parcours de Schuon, d’une part.

D’autre part, il faut analyser les principes des débuts de sa “carrière” spirituelle à ceux de sa fin. Ainsi, l’on pourra peut-être comprendre s’il n’a fait que concrétiser un aboutissement ésotérique et dans ce cas, il faut être “tout contre Schuon”; ou bien s’il a trahi ses principes et donc, cette fois, il faut être définitivement “contre Schuon”.

Contre Schuon : Bande Annonce par ShadowOmbre

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *