Episode 3 : Quand la Fédération Pédagogie Steiner-Waldorf en France communique en interne

Suite à la diffusion du Complément d’Enquête sur la médecine anthroposophique (disponible à l’adresse suivante), le Conseil d’Administration de la fédération Steiner-Waldorf cherche à s’organiser (avec au passage, un joli point GodWin) afin de communiquer et de contrer le vilain discours médiatique.

Nous avons récemment été mis en copie de ce communiqué interne dont le contenu est fort intéressant (ndlr le gras est d’origine) :

 

De : Fédération SW [mailto:federation@steiner-waldorf.org]
Envoyé : lundi 16 décembre 2019 12:44
À : Fédération France
Objet : Complément d’enquête - Information de la Fédération à diffuser aux collèges pédagogiques & aux membres des CA

**MERCI DE DIFFUSER AUX COLLEGES PEDAGOGIQUES ET AUX MEMBRES DES CONSEILS D’ADMINISTRATION**

Cher établissement affilié à la Fédération Pédagogie Steiner-Waldorf en France,
Chers collègues pédagogues et administrateurs,

Nous vivons, à l’image des années 2000, une campagne médiatique d’une grande virulence à notre égard. Jeudi soir dernier sur France 2, le magazine Complément d’Enquête a consacré un sujet à la médecine anthroposophique, avec l’objectif affiché de dénoncer une dérive sectaire et dangereuse, en citant nos écoles sur la question de la vaccination, en ayant recours à la technique de la caméra cachée, au découpage et à la décontextualisation orientée des propos.

En plus d’un contexte médiatique qui n’a jamais été franchement favorable, nous faisons sans doute les frais des annonces du gouvernement concernant la fermeture de la Miviludes, qui poussent peut être certains activistes à attiser une nouvelle chasse aux sorcières.

Dans cette optique d’autres coups médiatiques sont à prévoir, nous devons nous y préparer.


Peut être que le piège qui nous attend serait justement, par peur, de nous replier sur nous-mêmes, de vouloir déserter le terrain médiatique de manière générale, et ainsi de passer pour des gens qui ont réellement quelque chose à cacher.

Ne perdons pas de vue que si la France semble demeurer profondémment hostile à ce qui ne relève pas de la pensée cartésienne, le contexte global doit nous conforter dans notre action pédagogique : de plus en plus de personnes se sensibilisent à la crise écologique majeure que nous traversons, à la révolution technologique qui boulverse les enfants, au fait que la relation humaine bienveillante est au coeur d'une enfance épanouissante, que face à l'accélération de la vie il est justement temps de laisser enfin à l'enfant le temps de grandir...

Autant de métamorphoses sociétales et de prises de conscience qui légitiment plus que jamais notre pédagogie.

L'enjeu de communication actuel dépasse de loin la simple question médiatique, il prend tout son sens lorsqu'il peut nous permettre de réaffirmer nos valeurs, de les porter avec encore plus de conviction.

Vous savez que la Fédération est fortement engagée depuis 2 ans dans un processus de communication, avec notamment pour but de clarifier aux yeux du grand public nos pratiques pédagogiques et contrer les fantasmes.

C’est un travail de longue haleine, un nouveau site internet est en cours de production dans ce sens et nous faisons le maximum pour le finir au plus vite.

Malheureusement cela ne sera pas suffisant, et il nous faut réfléchir collectivement, localement et nationalement pour trouver l’attitude juste et les actes qui nous permettront de traverser cette période trouble.

Il y a 80 ans la pédagogie Waldorf a été interdite par le régime nazi.

À l’image du courageux témoignage de Nicolas Tavernier dans le journal Le Point, nos meilleurs alliés sont nos anciens élèves et anciens parents qui connaissent la réalité des écoles et de ce qui s’y vit.

Nous réfléchissons à organiser au plus vite une réunion nationale avec tous les acteurs des écoles qui voudraient se mobiliser sur cette question, nous proposerons une date très prochainement.

Il nous semble important que d’ici là, la problématique vive activement dans les consciences en collège pédagogique et dans les conseils d’administration.

C’est cela qui nous donnera du courage et de la force. Nous suggérons également que chaque école, chaque structure désigne un ou deux responsables communication (parent et pédagogue ?) attentifs et vigilants sur l’image de l’école, et exercés au travail médiatique.

Nous nous tenons à disposition pour échanger de vive voix avec ces responsables.

Le conseil d’administration de la Fédération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *