Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ? : Mise au point

Suite à la publication de l’article “Amiante : Le CROUS de Versailles a-t’il mis en danger des étudiants ?” le quinze Juin dernier,  le CROUS de Versailles n’a pas tardé à réagir, par conséquent, la rédaction vous propose une petite mise au point afin de démonter les “arguments” et de démontrer la mauvaise foi du CROUS de Versailles.

En effet, le week-end suivant la publication, un tract a été apposé dans plusieurs endroits de la résidence “La Croix St Sylvère” et dans de nombreuses boîtes aux lettres.

Le tract diffusé reprenait les questions dudit article et invitait les lecteurs à s’y rendre.

Bien évidemment, le Lundi suivant, le CROUS de Versailles se devait de réagir, quitte à prendre quelques largesses avec les éléments diffusés dans l’article et le sujet de l’article en lui-même (c’est à se demander s’ils l’ont bien lu).

Voici le mail envoyé par le CROUS le Lundi suivant (19 Juin), à tous les résidents :

“Mesdames, Messieurs,

Nous faisons suite aux tracts placardés dans la résidence ce jour.
Afin de vous apporter des renseignements complémentaires et de répondre à vos questions, nous vous invitons à une réunion d’information tenue par Madame l*****-B***** Directrice du Site de Cergy et de Monsieur S** Directeur des Résidences de Cergy, qui se tiendra ce jour lundi 19 juin :

Dans la salle près de la laverie à 17 h 30
En vous remerciant pour votre présence.
Bien cordialement.”

A la “réunion d’information” (nommer ainsi sans les guillemets ce désatre de communication serait lui donner de l’importance) , le CROUS de Versailles n’ayant pas grand chose à dire sur le fond -comme à son habitude- a plutôt communiqué sur la forme, voici quelques propos :

“La directrice du site de Cergy(Madame B***** )a affirmé “qu’une demande avait été adresséeau Crous de Versailles par un mystérieux journaliste anonyme mi-maiet qu’une réponse complète lui avait été envoyée”.

Visiblement, le Crous de Versailles ignore ce qu’est un nom de plume dans la presse.

Ensuite, la même administration ignore ce qu’est une rédaction, l’article est pourtant signé.

Pour terminer, le CROUS n’a pas été contacté “mi-mai” mais au millieu du mois de Juin, le 12 pour être précis :

Screen d’une partie du mail envoyé au CROUS de Versailles.

Retour à la “réunion d’information” :

“Le CROUS a fait faire une analyse de terrain qui avait été réalisée par une société spécialisée et qu’il n’y avait pas de raison de s’inquiéter.”

Voici une preuve de la non-lecture par le CROUS de l’article, en effet, nous avons publié des éléments de ladite analyse afin d’appuyer nos propos.

“Le CROUS communiquera les éléments de réponses par le directeur de la résidence par voie d’affichage. Ils démontrent que le CROUS a fait les choses dans l’ordre et en toute légalité et n’a en aucun cas mis en danger les résidents.”

Regardons de plus près “ces éléments de réponse”, pour faire court, il n’y a aucun élément, aucun rapport, aucune photo, aucune attestation, juste des mots, sans aucune preuve, et on peut affirmer qu’ils ne sont pas allés bien loin, en effet, ils ont copié le mail adressé à notre rédaction :

Exactement.Le.Même.Mail :

“Communication” du CROUS à l’entrée de la résidence.

 


Mail (coupé en trois parties) envoyé à notre rédaction le 14/06/2017.

Et le CROUS inventa l’amiante… non séparable.

On avait envie de traiter ce cas bien qu’il avait déjà été traité dans l’article, en particulier concernant le non-sens de l’encapsulation malgré une “absence de danger” selon le CROUS.

Aussi, “L’absence de danger” (au niveau terme individualisé) avancée par le CROUS est également fausse.

Pour faire concis : à aucun endoit (dans tous les documents), le terme “fibre d’amiante non séparable” ou “amiante non séparable” n’apparaît.

Ah, et comme nous sommes un minimum sérieux, nous allons vous le montrer.
Quelques captures issues des divers documents réalisés par des experts :


Une précision est importante sur l’amiante, elle est indiquée dans un rapport (RAPPORT N°OPDHLM-06 200521) réalisé en Septembre 2005 :

Or, comme démontré sur les photos de ce blog ainsi que sur celles visibles ci-dessus issues du rapport d’expertise, l’intégrité des dalles d’amiantes n’est absolument pas préservée.

Le rapport réalisé en Septembre 2005 (RAPPORT N°OPDHLM-06 200521) est d’ailleurs très clair là dessus :

  • Si quelqu’un voit les termes “fibre d’amiante non séparable” ou “amiante non séparable” on vous invite à nous contacter.
  • De l’amiante a été à l’air libre dans les couloirs et cuisines pendant de nombreuses années dans la résidence gérée par le CROUS de Versailles “La Croix St Sylvère” dans un “état dégradé pour les autres matériaux et produits” indique un rapport datant de 2005 !!! (voir éléments ci-dessus).
  • Enfin, fin Juin 2017, des dalles cassées étaient toujours visibles à la résidence de “La Croix St Sylvère”. De l’amiante est-elle présente dans ces dernières ?

Pour conclure, si notre article et cette mise au point sont faux ou mensongers, portent illégalement atteinte à la réputation et à l’honneur, pourquoi le CROUS de Versailles ne porte t’il pas plainte ? pour diffamation par exemple ? En effet, ce serait avec grand plaisir que les membres de la rédaction s’expliqueraient devant un tribunal.

 

La rédaction.

NDLR : Certains noms ont étés anonymisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *