Non, Jean-Paul Ney n’est pas un militant politique

Jipoune l’affirme, il est journaliste, il peut répéter qu’il est apolitique, neutre ou qu’il n’est pas un militant politique, comme en atteste ce tweet :

Sauf que voilà..

En 2010 aux élections régionales du 14 et 21 mars dans le Languedoc-Roussillon (avec Christian Jeanjean) apparaît un membre de l’UMP un peu spécial, il s’agit de…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Ney !

Sur la liste de Roger Foinels :

On peut également le lire à cette adresse :

Venant de Jipoune, il va prétendre que c’est un fake, mais même l’Humanité avait repris l’information en 2013 :

 

 

 

Non, Jean-Paul Ney n’est pas un militant politique.


Remerciements Jipounesques : DoNoT3sk


Jean-Paul Ney et le Groupement des Cartes Bancaires CB (GIE CB)

Il y a des choses intéressantes quand on fouille un peu chez Jipoune, en 2005, dans l’édition papier de France Soir, il avait donné cette interview dans laquelle il affirmait avoir été menacé par le patron du GIE CB (Groupement des Cartes Bancaires CB) :

En zommant un peu :

 

Or, le mois dernier, comme je le mentionnais dans ce petit billet, Jipoune avait posté ce petit tweet :

Assez étrange pour quelqu’un qui aurait été menacé par le GIE CB.

  • Jean-Paul Ney s’est-il réconcilé avec Groupement des Cartes Bancaires CB (GIE CB) ?
  • Jean-Paul Ney a-t’il inventé des menaces ?

Le prétendu “journaliste” Jean-Paul Ney diffuse l’identité d’un adolescent

Voilà que Jean-Paul Ney (Jipoune) -compte certifié sur Twitter- n’hésite pas menacer et à diffuser l’identité d’un adolescent suite à un simple tweet :

 

 

  • Le jeune en question est harcelé au téléphone depuis le tweet de Jpney.
  • Ce n’est pas comme si Jean-Paul Ney avait déjà été condamné pour “menaces de mort réitérées” par le passé.
  • Et Twitter dans l’histoire ? Bien qu’il y ait harcèlement, divulgation d’informations privées & appels malveillants Twitter laisse faire, comme si de rien n’était.

Jean-Paul Ney le pipeau

A la fin de sa bouteille de cognac, Jipoune n’hésita pas à clasher le journaliste David Thomson en s’attaquant à son nom :

Sauf que… Le NEY est un genre de flûte originaire d’Asie, comme un pipeau :

 


Remerciements Jipounesques :


Quand Jean-Paul Ney utilise le #TeamJipoune pour “contrer” ses détracteurs

N’ayant absolument aucun argument pour contrer dans le fond, les différentes histoires diffusées sous le hashtag #TeamJipoune sur Twitter ou ce blog, parmi lequelles :

Ou encore Quand Jean-Paul Ney confond avatar numérique avec identité réelle.

N’ayant absolument rien à dire à part “ces individus ont donné mon adresse à des jihadistes en Syrie”, ou encore “ils sont membres d’une secte”, il a décidé d’utiliser le hashtag #TeamJipoune afin de twitter ses quelques publications datant de plusieurs années :

Jipoune tente déséspérément d’utiliser le hashtag #TeamJipoune afin de tenter de masquer le contenu qui semble le déranger.

Mais cela ne fonctionne absolument pas, bien au contraire.


Jean-Paul Ney est-il tout seul ou plusieurs dans sa tête ?

Quand Jipoune ou LeWeek (son média) communique, c’est quasi-systématiquement à base de “des journalistes“, “nous vérifions“, “nous“, “notre équipe” “chez nous” “journalistes avec lanceurs d’alertes” :

 

Il affirme également sur Periscope que LeWeek et son compte Twitter ne sont pas gérés directement par lui mais par “son équipe”.

Sauf qu’hier, à six heures, au détour d’un 150è épisode de “je me casse”,  il affirme qu’il est “impossible de continuer seul le combat” :

 

Jean-Paul Ney est-il tout seul ou plusieurs dans sa tête ?


Jean-Paul Ney est-il lié à l’extrême-droite ?

Concernant Jipoune, un petit truc qui est passé inaperçu. il se déclare “pas raciste ni d’extrême-droite” assez régulièrement sur Twitter.

Ce livre à été ci-ecrit par Philippe Poulet, Jean-Paul Ney et … Thomas Kisszalai :

Qui est ce dernier personnage ? ….

Thomas Kisszalai est un militant d’extrême droite Suisse, membre du MCVD (équivalent local du FN).

Ce mouvement “envisage de se faire connaître en chassant le mendiant” (oui, oui, vous avez bien lu).

Voici une belle photo avec un article glorieux :

Egalement dans l’édition Suissse du 20 Minutes en date du 31 Août 2010 sous le titre “Le MCVD montrera ses muscles dans la rue” :

À sa libération de prison de Côte-d’Ivoire en 2009, Jean-Paul Ney a passé le plus clair de son temps avec Kisszalai, vidéo ici :

Trop mignon les fafounettes :

Kisszalai serait aussi “membre fondateur” avec Jipoune du “CJDSI” :

Ce n’est pas tout, une organisation extrémiste néo-sionniste islamophobe : la LDJ Ligue de Défense Juive (classée depuis 2001 comme organisation terroriste aux USA) relaie régulièrement Jean-Paul Ney :

Le site d’extrême-droite Dreuz.info relayait également Jean-Paul Ney :

 

Pour conclure : Jean-Paul Ney est-il lié à l’extrême-droite ?


Remerciements Jipounesques : Le Consultant.


#TeamJipoune : Jean-Paul Ney, le journaliste qui diffuse des fiches de police, continuera à le faire

Copie d’un article du 20 Minutes publié le 11/05/2017 :

Jean-Paul Ney, le journaliste qui diffuse des fiches de police, continuera à le faire

POLICE Une pratique pourtant dénoncée par les policiers que nous avons interrogés…

  • Un journaliste a publié sur Twitter des fiches d’individus recherchés
  • Les policiers interrogés par 20 Minutes s’insurgent contre cette pratique
  • Jean-Paul Ney nous affirme qu’il continuera à le faire malgré tout

L’opération antiterroriste a duré près de trois heures. Lundi soir, la gare du Nord a été évacuée par les forces de l’ordre, le temps pour la BRI de fouiller un train en provenance de Valenciennes. La raison ? Une guichetière de la SNCF avait appelé la police car elle pensait avoir vendu des billets de train à un homme qui, selon elle, ressemblait à un terroriste recherché par la DGSI. Elle avait vu une fiche de signalement le concernant ainsi que deux autres hommes, de nationalité belge et afghane, sur les réseaux sociaux.

Ces fiches, diffusées au sein des services de police, n’ont pourtant pas vocation à être publiées sur Internet. Elles servent notamment à organiser discrètement une traque. « C’est un outil important pour nous. Elles permettent aux agents de pouvoir identifier, au cours d’une patrouille, un individu recherché et leur indiquent la conduite à tenir en fonction de la dangerosité de cette personne », explique à 20 Minutes un policier.

Un journaliste les publie sur Twitter

Elles ont été publiées vendredi, sur Twitter, par Jean-Paul Ney, un journaliste suivi par plus de 28.000 personnes, qui, dit-il, travaille sur les questions de terrorisme « depuis 20 ans ». Il affirme à 20 Minutes qu’elles lui ont été communiquées « par des gens dont c’est le métier », qui sont « sur le terrain », et qui lui ont donné le « feu vert » pour qu’elles soient diffusées auprès du grand public. « Ce ne sont pas des guignols ! »

A lire aussi : Paris: Que s’est-il passé à la gare du Nord pendant la nuit?

Certains policiers estiment dangereux de publier ce type de fiches, qui ne sont pas des avis de recherche. « C’est honteux ce qu’il a fait, ça complique forcément le travail des enquêteurs ! S’ils se savent recherchés, ces individus vont se cacher, changer de tête. Ils vont tout faire pour ne pas être reconnus », souligne une source policière.

Jean-Paul Ney estime de son côté qu’une personne traquée aura plus de mal à passer à l’action. Il s’aventure même à dire que si les autorités avaient diffusé plus tôt, en janvier 2015, la photo d’ Amedy Coulibaly, ce dernier ne serait probablement pas passé à l’acte dans l’ Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Ce qu’explique également Me Axel Metzker, qui défend des victimes du terroriste.

« Ca fout tout en l’air ! »

« Il vit au pays des bisounours ! poursuit notre source. Diffuser des infos sur des mecs qui sont potentiellement filochés, ça fout tout en l’air. Ils peuvent vouloir changer de stratégie, avancer leur passage à l’acte, changer de mode opératoire. Cela fait perdre du temps aux enquêteurs pour les mettre hors d’état de nuire. »

A lire aussi : Le parquet de Paris ouvre une enquête après des fuites sur internet de fiches de suspects signalés

Par ailleurs, depuis qu’il a diffusé ces fiches de signalement, vendredi dernier, les trois hommes recherchés par la DGSI ont été aperçus un peu partout en France. Ce qui oblige les policiers à mener d’importantes opérations de vérification, comme celle menée lundi soir à Paris. « C’est un moindre mal si cela permet d’arrêter des gens, rétorque Jean-Paul Ney. Qu’il y ait des opérations, c’est le boulot des flics. »

« Il fallait que des gens puissent les reconnaître »

Le journaliste, qui se présente comme rédacteur en chef du site leweek.info, n’en est pas à son coup d’essai. Il avait déjà été condamné en octobre 2016 à 3.000 euros d’amende pour avoir divulgué l’identité des frères Kouachi, qui ont attaqué Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, alors que les forces de l’ordre étaient lancées sur leurs traces. Il l’a fait, assure-t-il, parce que les forces de l’ordre « ne savaient pas où ils étaient » et qu’elles paniquaient. Là aussi, se justifie-t-il, ses sources lui ont demandé le faire. « Il fallait que des gens puissent les reconnaître. »

A l’époque, le procureur de Paris, François Molins, avait déploré ces fuites, qui avaient ruiné « tout espoir de surprise » dans la traque des frères Kouachi. « François Molins ne maîtrise absolument pas ses dossiers et la lutte contre le terrorisme », avance-t-il, soulignant qu’il trouvait les propos du magistrat sur lui « honteux ».

Une nouvelle enquête de l’IGPN

Après la nouvelle publication des fiches sur Twitter, le ministère de l’Intérieur a décidé, mardi soir, de saisir le procureur de la République de Paris. Une enquête a été ouverte pour « violation du secret professionnel et recel de ce délit ». Elle a été confiée à l’IGPN, la police des polices. « La diffusion publique d’informations confidentielles nuit gravement aux investigations des services de police et de renseignement, explique le porte-parole de la place Beauvau, Pierre-Henry Brandet. Divulguer ou relayer ce genre d’informations d’une extrême sensibilité est irresponsable, particulièrement dans un contexte de menace terroriste qui n’a jamais été aussi élevée. »

Jean-Paul Ney assure qu’il se présentera « à toute convocation qui sera envoyée officiellement » à son avocat. Il affirme aussi qu’il continuera, malgré tout, à diffuser les signalements des individus recherchés, communiqués par ses sources. Il espère aussi que l’enquête qui a été ouverte « soulèvera un débat national » sur ce sujet. Mais pour un policier, en faisant ça, Jean-Paul Ney « joue avec la sécurité des Français ».


Les résultats de la dernière prise de masse de Jipoune

Comme il s’en vante régulièrement, selon ses dires, Jean-Paul Ney aurait été “éducateur sportif en banlieue” comme il le dit dans les PV d’audition :

Ou dans la quatrième de couverture de son dernier ouvrage :

Par conséquent, à moins qu’il n’y ait du laisser-aller, il est d’excellent conseil pour une prise de masse :

Comme en attestent ces photos :


Jipoune, la Gare du Nord, RMC, le parquet et GTA

Ces dernières heures ont étés assez chargées concernant l’actualité de Jean-Paul Ney (aka “Jipoune” pour les intimes -et #TeamJipoune pour ses frasques & les gens qu’il a bloqué sur les réseaux sociaux-).

Tellement chargées que je n’avais même pas le temps de rédiger un petit papier que je devais déjà le mettre à jour, chaque jour un nouvel épisode à lieu.

L’histoire commence par une triste habitude : la diffusion par Jean-Paul Ney de plusieurs avis de recherche d’individus suspects, nous sommes le samedi 6 mai, à 20 h 54 :

Rappelons que Jipoune a déjà été condamné il y a sept mois pour ce genre de faits : le recel (condamnation suspensive car Jipoune a fait appel, l’audience d’appel ayant eu lieue récemment, le ministère public (le procureur) a requis 3 000 euros d’amende assortis d’une obligation de soins).

Très rapidement, deux questions se posent :

  • Le fait de diffuser de manière brute sans aucune explication des documents portant sur la recherche d’individus (on y reviendra).
  • L’authenticité de ce document :

Concernant la fiche ci-desssus, Jipoune aurait pris l’entête du document de recherche de MBARKI Mouhcine (un autre type suspecté & recherché), puis il a tapé le texte lui-même en collant la photo du système VISABIO.

D’ailleurs, il a filmé son écran sur Periscope avec ce bloc note d’ouvert :

Pouquoi avoir recopié le texte (qui plus est, en MAJUSCULE) dans un bloc note, quelle est l’utilité ?

Prendre des éléments d’un document administratif puis d’un autre, ça s’appelle un faux, à titre d’information, le faux et son usage c’est punissable de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Suite à cela, un nombre important d’internautes ont effectué un signalement sur PHAROS, visiblement l’OCTCTIC semble-être au courant :

L’affaire pourraît s’arrêter là, mais non…

Dans la nuit de Lundi à Mardi dernier (8/9 Mai 2017), une agent de la SNCF ayant vu ces signalements contacte la police car elle croyait avoir reconnue un des types signalés par Jipoune.

La Gare du Nord a été évacuée et toutes ses entrées bouclées par plus d’une centaine de filcs sur-armés, (quid du coût financier de tout ce bordel ?) la gare a été ré-ouverte vers 2 heures du matin.

Comme le sous-titre le journal Le Point, “Des informations confidentielles dévoilées par un journaliste controversé ont mené à une fausse alerte et à une opération antiterroriste de grande ampleur.

Le 20 Minutes nous informe que Le parquet de Paris ouvre une enquête après des fuites sur internet de fiches de suspects signalés :

Cette enquête confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la « police des polices », est ouverte pour « violation du secret professionnel et recel de ce délit », a précisé cette source.

Cet article du Monde pointe la dangeresité d’une telle diffusion : “Elle compliquera surtout considérablement le travail des enquêteurs. Durant le week-end, les trois hommes ont en effet été signalés, à tort, en plusieurs endroits du territoire, notamment du côté de Marseille, en gare de Bordeaux-Saint-Jean et même dans le Cantal, à peu près au même moment…”

Exclue : Réquisitoire du procureur concernant la dangerosité de la diffusion des fiches par Jipoune :

Imaginez, vous êtes sur une grosse affaire, à surveiller une personne qui prépare un attentat. Vous connaissez sa routine, Il se pense discret et intouchable. Il utilise un moyen de communication pas/peu sécurisé et vous commencez à collecter des éléments précis tel que des cibles, un inventaire d’armes, des complices, l’origine des fonds, un réseau, etc…

Vous planquez dans un sous-marin devant chez lui pendant un mois.

Et là, un sombre idiot diffuse une fiche sur l’individu en question, plombant par la même occasion votre surveillance, le suspect se “volatilise” : il abandonne son domicile, voiture, contacts, change de telephone, se glisse dans la clandestinité où il devient imprévisible et vous n’avez plus aucune visibilité sur une probable action.

Vous perdez en même temps la possibilité de remonter une filière entière et de mener un grand coup de filet. Merci.

La diffusion des fiches créent un climat anxiogène, les gens ont peur (surtout avec ce merdier d’état d’urgence), ils pensent reconnaître l’individu partout et font des signalements (c’est ce qui c’est passé), vous devez savoir qu’à chaque appel, les autorités ne peuvent pas prendre de risque et font ce qu’on appelle une “levée de doutes” (c’est exactement ce qui s’est passé à la gare du nord lundi dernier), Donc grosse opération (bien reuche hein) avec déploiement de flics sur-armés, ce qui épuise physiquement et nerveusement les ressources qui savent qu’elles bossent pour rien.

Derrière, un probable assaillant peur observer :

  • En combien de temps la police se déploie ?
  • Quel dispositif est prévu pour tel ou tel lieu.
  • Un déploiement des forces de l’ordre/groupes de secours est une véritable mine d’or d’informations. Y’a plus qu’à relever les positions de départ et d’arrivée et chronométrer le tout.

Et pendant que les forces de l’ordres ou de secours sont occupées à une levée de doutes au Nord, un véritable assaillant peut attaquer ailleurs, voire pire, les cibler.

Vous-vous rendez compte des dégâts que peut causer quelqu’un parmi une foule ? À l’époque en Irak, il y avait des contrôles stricts pour entrer dans les bâtiments. Les moujahhidins ont alors visé les foules dehors. Imaginez en France, un type avec un AK-47/Kalashnikov, 2 chargeurs et une ceinture de TATP (explosif) + projectiles (clous) en pleine gare du nord pendant un déploiement de police ?

Pour conclure (Par Klaire) :


Crédits texte : Le Consultant, Crédits image de fin du récit : Klaire

Enfin, l’émission “Les grandes gueules” sur RMC traite pendant un petit quart d’heure de cette affaire, émission durant laquelle certains chroniqueurs et Alain Juillet (un ancien boss du renseignement) interviennent et démontent le “boulot” de Jean-Paul Ney, il est à votre disposition ici :

Streamming :

[audio mp3="https://benjaltf4.me/wp-content/uploads/2017/05/Jean-Paul-Ney-RMC.mp3"][/audio]

Téléchargement :

Jean Paul Ney RMC


 

Remerciements Jipounesques aux très nombreuses personnes dont les écrits sont présents dans cet article et celles qui se reconnaîtront.