Ma petite recette de pancakes à la Jipoune

Suite à la suspension définitive du compte Twitter de Jean-Paul Ney (à lire ici et ici), l’idée de faire cette petite patisserie germait dans ma tête.

@ElieBomaye ayant diffusé sa recette, j’ai décidé de la modifier un peu, ça a donné ce résultat plutôt bon :


Twitter suspend le compte du journaliste controversé Jean-Paul Ney

Cet article est issu de FranceTVInfo.

Twitter suspend le compte du journaliste controversé Jean-Paul Ney

Le compte de Jean-Paul Ney a été suspendu à la suite d’une réponse insultante au tweet anodin d’un utilisateur de Twitter qui parlait… de pancakes.

Il était suivi par près de 30 000 “followers” sur le réseau social. Le journaliste indépendant Jean-Paul Ney a vu son compte Twitter supprimé, jeudi 27 juillet, à cause d’un “comportement abusif”.

Controversé, souvent agressif voire insultant, Jean-Paul Ney s’est fait une spécialité de divulguer sur Twitter les identités de jihadistes présumés, profitant visiblement de fuites au sein de la police.

Déjà bloqué à plusieurs reprises, le compte de Jean-Paul Ney a cette fois-ci été suspendu à la suite d’une réponse insultante au tweet anodin d’un utilisateur de Twitter qui parlait… de pancakes.

Saisi par l’utilisateur attaqué, Twitter a décidé de suspendre le compte de Jean-Paul Ney “après avoir mené des investigations”.

En mai, Jean-Paul Ney avait été condamné en appel à 3 000 euros d’amende pour avoir diffusé sur Twitter l’identité des frères Kouachi après l’attentat contre Charlie Hebdo. Cette divulgation, susceptible de perturber leur traque, avait été très critiquée, d’autant qu’il avait dans le même temps publié l’identité d’un lycéen qui s’était révélé étranger à l’affaire.

 

Cet article est issu de FranceTVInfo.


Digital Network/Digital Netcom : Quand un hébergeur ne sait pas s’héberger correctement

Alerte spoiler : Le digital (ta mère) est partout, même dans le nom de la société.

C’est suite à ce tweet disponible dans cet article :

que plusieurs lecteurs m’ont averti que l’hébergeur (Digital Network/Digital Netcom), du projet à Jean-Paul Ney (LeWeek.info), avait également quelques petits problèmes similaires à ceux dévoilés hier ici et .

Ce qui laisse quand-même quelques courants d’air, et pas qu’un seul, voilà que Digital Network/Digital Netcom goûte à son tour aux joies de l’open data \o/ :

 

Le logo de la maintenance :

 

A défaut de masquer les répertoires qui devraient l’être, Network/Digital Netcom  fait dans les mails cryptés :

Ce qui est rigolo, c’est que Digital Network/Digital Netcom fait “des tests d’intrusion, audit, conseil” toussa toussa mais semble ignorer l’utilité d’un fichier d’index dans les répertoires, ainsi que du .htaccess :

Ce qui est également drôle, c’est que le CEO & CTO se définit sur Twitter comme un hacker, fan de gnu-linux, d’open-source & d’infosec :

Et qu’il préfère tapper des selfies au lieu de pondre une conf propre :

Ce qui est encore plus drôle (ou qui fait peur, au choix), c’est que selon les références de cette société, il y a des types comme le mindef, celui de l’économie et des finances ou encore des boîtes assez connues  :

En 2017, on peut donc être un hébergeur,  mais ignorer à quoi sert un fichier d’index dans les répertoires, ainsi que l’éventuelle utilité d’un .htaccess.

A titre personnel, un hébergeur qui n’arrive pas à protéger ses clients et qui ne sait pas s’héberger en protégeant ses propres données correctement je n’appelle pas ça un hébergeur mais une incurie.

(Photo repérée par JeanPaulGlute).