Sectes : Y a-t-il une omerta sur les abus sexuels dans les écoles Steiner-Waldorf ?

Y a-t-il une omerta sur les abus sexuels dans les écoles Steiner-Waldorf ?” tel est le titre d’un excellent article très documenté de la journaliste Margaux Duquesne publié en début de semaine dernière.

Ancienne de France 24 et de France Inter, Margaux, nous a invité à reproduire ici en intégralité son article publié sur son blog, un grand merci à elle.

Bonne lecture.


Y a-t-il une omerta sur les abus sexuels dans les écoles Steiner-Waldorf ?

D’anciens élèves et parents d’élèves des écoles Steiner-Waldorf témoignent d’agressions sexuelles, de violences physiques et morales, d’un manque de réactivité de la part des écoles… Des récits qui se ressemblent, pourtant vécus à différentes époques, en France, en Belgique, aux États-Unis… La sécurité est-elle assurée dans ces établissements prônant une pédagogie dite « alternative » et fêtant aujourd’hui ses 100 ans ? Enquête.

Un soir, alors qu’Angélique* raconte une histoire à Loïc*, son fils de 3 ans, le petit lui annonce : « Maman, je dois arrêter de t’aimer pour m’occuper de moi tout seul ». En novembre 2018, ils avaient emménagé tous les deux dans un petit village de 150 habitants, dans le Sud de la France.

L’école du coin affiche un projet pédagogique « Montessori-Freinet-Steiner », mais rapidement, Angélique constate que c’est un jardin d’enfants Steiner, uniquement. Dès les premiers temps, l’attitude de son fils l’inquiète :

« J’ai eu l’impression que mon fils s’est mis à me craindre, et avait peur de me dire ce qu’il se passait à l’école. J’apprends qu’il fait la sieste sans son pantalon.

Qu’il est le seul enfant à ne pas avoir de lit superposé : il dort à l’école sur un matelas à même le sol, à côté du matelas de la jardinière d’enfants qui reste avec eux pendant la sieste. Il a commencé à faire des angoisses nocturnes au bout de deux mois, et j’ai eu l’impression qu’il y avait comme un “secret” entre les jardinières et lui. Un jour, il me dit qu’elles lui font peur pendant sa sieste, à l’aide d’un masque. Était-ce un cauchemar, était-ce réel, ou une affabulation ? »

Ces mots sont extraits d’un signalement qu’Angélique a fait en avril 2019 auprès de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Le récit fait frémir : « Depuis quelques jours, j’apprends que mon fils est malmené par un enfant de 6 ans, dont le père, est accusé de pédophilie. Les jardinières ne m’ont rien dit. »

Des signalements sur le sujet global des écoles Steiner-Waldorf, la Miviludes en reçoit régulièrement : contactée en septembre 2019, la mission interministérielle précise qu’elle a enregistré onze saisines en 2018 et quinze depuis le 1er janvier 2019.

Des chiffres importants, au regard du nombre d’établissements en France, soit 24 jardins d’enfants ou écoles Steiner. Dans le monde, le site officiel Steiner-Waldorf a recensé 1182 écoles, dans 66 pays et 1911 écoles maternelles Waldorf dans 69 pays.

Liste des écoles et jardins d’enfants Steiner-Waldorf en France

« Rudolf Steiner invite à l’observation »

Loin d’être nouvelles, les écoles Steiner-Waldorf s’appuient sur une pédagogie qui fête cette année ses 100 ans. L’enseignement est inspiré des travaux de Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie, qui se définit comme « l’étude des phénomènes spirituels dans la vie humaine et dans l’univers ». Un mouvement qui véhicule des croyances telles que le karma, le corps éthérique, la réincarnation…

Pour Clément Defèche, anthroposophe et enseignant en sciences dans une école Steiner de Colmar : « On peut parler de science spirituelle, c’est-à-dire aborder ce qui n’est pas matériel avec la même rigueur qu’un matérialiste avec la matière. »

Rudolf Steiner, 1901

De son côté, la Miviludes présente la Société anthroposophique comme « imprégnée d’ésotérisme et de christianisme hétérodoxe » et influencé par le New Age. Une société influente dans de nombreux secteurs : éducatif à travers les établissements Steiner-Waldorf, médical avec le développement de sa médecine dite « anthroposophique » (Weleda), agricole avec la biodynamie (Demeter), et bancaire (La Nef).

Audrey Keysers, secrétaire générale adjointe chargée de la communication au sein de la Miviludes, précise que la mission interministérielle recommande la vigilance sur certains points :« la question de la couverture vaccinale ; celle de la transparence des références doctrinales et de l’éveil spirituel ; le flou sur le respect du socle commun de connaissances et de compétences par lequel la loi définit ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire et les possibles défauts d’encadrement et des conditions d’accueil qui ne garantissent qu’imparfaitement la sécurité des élèves. »

Clément Defèche défend la pédagogie Steiner : « Le travail de Rudolf Steiner est une invitation à l’observation. L’enfant a un mode d’expression qui lui est spécifique, il a sa propre manière de rencontrer le monde.

Si l’enseignement public fait en sorte que l’enfant dispose de compétences dont le monde a besoin, la pédagogie Steiner vise, quant à elle, à respecter le temps de croissance de l’enfant, le but étant qu’il développe ses propres potentialités. »

Gabrielle*, mère d’une fille de 3 ans, Annie*, s’est laissé séduire par ce discours prônant le respect du rythme de l’enfant. En 2015, elle inscrit sa fille dans une école Steiner-Waldorf en Belgique : « On cherchait un lieu où elle ne serait pas assise toute la journée sur sa chaise ».

Quelques mois plus tard, pourtant, sa fille va vivre un vrai cauchemar : violences physiques à répétition, agressions sexuelles … Et dans l’équipe pédagogique : un déni généralisé ?

« Il faut laisser les âmes s’affronter »

Quelques mois après la rentrée des classes, un petit garçon du jardin d’enfants de sa fille, se révèle très agressif : « Il a pris ma fille en grippe. Annie revenait en me racontant qu’il la pinçait, la frappait tout le temps, qu’elle ne pouvait plus jouer. Ma fille a commencé à devenir nerveuse, elle revenait en pleurs, avec des griffes. Et puis un jour, elle m’a dit que le petit garçon lui touchait le sexe. 

On peut se dire qu’à cet âge-là, ça arrive… » Gabrielle prend rendez-vous avec la jardinière d’enfants. Le premier d’une longue série.

Les responsables de l’école concèdent que le climat n’est pas serein mais surtout, évoquent des paroles étranges : « L’énergie du moment n’est pas bonne. » L’école rassure la maman, lui affirmant qu’ils prennent les choses en main. Mais Gabrielle constate que rien n’a été fait : « Ils n’ont même jamais vu les parents du petit garçon ! » On lui dit que ce dernier a des difficultés à la maison et qu’il est pris en charge par un service d’aide.

En attendant, l’état d’Annie empire : elle fait des cauchemars de plus en plus fréquents, se réveille toutes les nuits en criant « Non, arrête ! ». Elle ne veut plus aller à l’école, pleure énormément.

Un jour, sa maman lui tire les vers du nez. Annie explique que le petit garçon l’a enfermé à clef dans les toilettes, pour lui faire un bisou sur le sexe. Nouvelle réunion. Gabrielle se souvient encore : « On nous a dit que ce que notre fille nous racontait n’était pas vrai. Le tout, avec un air très désolé. » Et cette phrase, prononcée, probablement par mégarde, par une jeune enseignante de l’école : « Vous savez, il faut laisser les âmes s’affronter. »

Gabrielle et son mari désinscrivent leur fille. Peu après, les parents se rendent à la police. Ne souhaitant pas rentrer dans une procédure judiciaire longue (« C’était déjà assez dur »), ils déposent tout de même une main courante.

L’histoire d’Annie et la manière dont elle a été gérée, est-elle un cas isolé ?

Une affaire de pédophilie qui débouche sur un non-lieu

École Steiner-Waldorf Verrieres-le-Buisson (France), 2005

Le 12 juillet 2003, les époux B. déposent une plainte contre X., avec constitution de parties civiles, pour agressions sexuelles sur mineurs. Leurs deux jumeaux, âgés de 3 ans, Jules et Charles, ont été scolarisés à partir d’octobre 2002 à l’école de Verrières-le-Buisson, en région parisienne.

Le 9 janvier 2003, Charles se plaint d’avoir mal aux fesses, quelqu’un lui aurait touché les fesses : « le monsieur de la dame de la maison blanche à côté de l’école. » Le lendemain, Jules déclare à sa maman qui changeait son frère : « le zizi n’est pas rentré ». Le lendemain, au détour d’une autre conversation, il ajoute que le monsieur lui a « touché les mains avec son zizi ». Les parents précisent que ses dires ont été exprimés spontanément, sans aucune question ou intervention de leur part.

Lundi 10 janvier, les parents prennent immédiatement rendez-vous avec la jardinière qui s’occupe de leurs enfants. Celle-ci les écoute, leur répond qu’il est impossible qu’il se soit passé quelque chose alors que les enfants étaient sous sa garde. Selon les parents, elle ajoute : « Ça reste entre nous. »

Le 27 janvier, les époux B. décident d’envoyer un courrier à la Fédération des écoles Steiner-Waldorf. Ils résument point par point tous les faits : les « paroles effrayantes des enfants qui suggèrent l’inacceptable », le rendez-vous avec la jardinière qui leur demande de ne pas ébruiter l’affaire…

Dans ce courrier, les parents s’inquiètent : « Cette approche, qui revient à nier ou à minimiser le problème, accompagnée de la ferme recommandation de ne pas en parler à d’autres parents, a fini par saper la confiance que nous conservions à l’école. » Avant de conclure : « Si les actes auxquels [nos enfants] ont fait référence sont en rapport avec l’école, il est à craindre que d’autres enfants soient exposés. » Un courrier resté lettre morte : la Fédération des écoles Steiner-Waldorf n’a jamais répondu.

Tension et manipulation

Plus grave, une ambiance délétère commence à se propager et tout est fait pour retirer le moindre crédit aux époux B. Comme ce courrier envoyé à d’autres parents, les époux S., par l’école : il est demandé à Monsieur S. d’affirmer avoir été « manipulé par la famille B. et certains parents d’élèves », de ne « rien avoir à reprocher à l’école » et de réitérer « sa confiance envers l’école » et ses membres. Les époux S. refusent de signer ce courrier.

Seize ans plus tard, Madame S., contactée par téléphone, se souvient : « Après cette histoire, alors que tout se passait très bien pour mon fils à l’école, son professeur a commencé à me dire que mon enfant était ingérable, qu’il n’avait jamais vu un enfant comme ça, qu’on ne pourra jamais rien en faire…

Quand on vous dit la veille que votre enfant est génial, et que le lendemain, c’est un moins que rien, il faut retirer vos enfants. » Dans la foulée, les époux S. désinscrivent leur fils.

Pierre Bercut, un anthroposophe, ancien enseignant à l’école de Verrières-le-Buisson, se souvient : « Il n’y a eu aucune dissimulation. Il n’y a pas de solidarité d’école qui consisterait à dissimuler un acte abominable, au profit de la réputation de l’école. N’importe quel pédagogue privilégie l’enfant. »

Laure Lusseyran, directrice actuelle de l’école Steiner de Verrières-le-Buisson rappelle que l’école avait bien mis en œuvre toutes les procédures d’usage, dans les délais requis (auprès de l’Inspection Académique, de l’Inspection de circonscription, du commissariat, du parquet).

Au final, la plainte pour agressions sexuelles sur mineur, déposée par les parents des deux jumeaux, a abouti à un non-lieu rendu le 12 décembre 2005 : « attendu que l’auteur des faits d’agressions sexuelles sur mineur de 15 ans n’a pu être identifié ».

Encore aujourd’hui, l’école réfute catégoriquement que ces actes aient pu se produire dans leur enceinte : « Si nous avions eu le moindre doute sur cette question, nous aurions bien évidemment tout mis en œuvre pour y remédier ! », répond Laure Lusseyran.

Avant de préciser : « Les deux personnes questionnées lors de l’enquête en 2003 ont été totalement mises hors de cause. Elles ne font en outre plus partie de notre personnel depuis de nombreuses années (retraitées). De plus l’affaire datant d’il y a 16 ans, toute l’équipe encadrante des jardins d’enfants de ce fait a été entièrement renouvelée avec le temps. »

Les jumeaux non plus, n’en sont pas sortis indemnes. En 2003, au début de l’affaire, les enfants avaient consulté une pédopsychiatre qui avait précisé qu’à la puberté, il est possible que le traumatisme pourrait ressurgir. À 11 ans, Jules a fait une pelade : il a perdu tous ses cheveux, ses cils et sourcils.

Pendant longtemps, Carole B., mère de Jules et Charles, a été très inquiète pour la sécurité des autres enfants : « Ça vous détruit une famille. Longtemps je suis passée devant l’école en pensant qu’il se passait des choses. Je me sentais impuissante. Pire, j’avais l’impression d’être complice. »

Aujourd’hui, Jules a 20 ans et ses cheveux commencent à repousser.

Des cas d’agressions sexuelles récurrents entre enfants

Si l’histoire des jumeaux date d’il y a plus de 15 ans, l’école de Verrières-le-Buisson a connu ses derniers mois des événements plongeant certains parents dans un malaise profond. Des récits de violences sexuelles entre enfants, que les parents sont obligés d’expliquer avec des mots de type « enfant-victime », « enfant-agresseur », étant entendu qu’un enfant qui « agresse » est lui-même en souffrance.

L’école dit travailler étroitement avec les autorités de tutelle (PMI pour le Jardin d’enfants) : « Les institutions alertées n’ont jamais fait état d’un problème structurel ou pédagogique au sein de notre école qui favoriserait l’apparition de ce genre d’incident, » rappelle la directrice. L’école dit avoir modifié son organisation pour renforcer la présence de professionnels pour encadrer les enfants.

Laure Lusseyran insiste : « Notre personnel est également formé « à la détection et aux attitudes à adopter face à des comportements de mineurs en risque ou en danger. » L’école a aussi organisé l’intervention d’une psychologue auprès des parents.

Pourtant, l’année dernière, au moins trois familles ont retiré leurs enfants de l’école en cours d’année à cause de cette situation d’insécurité. Trois enfants, scolarisés dans deux jardins d’enfants différents de l’établissement, ont exprimé des paroles laissant penser qu’ils ont été agressés sexuellement par d’autres enfants.

Comme Romane*, 4 ans, qui a raconté à ses parents que Mickael*, 5,5 ans, l’avait forcée, dans la cabane du jardin, à enlever sa culotte et lui avoir fait mal au sexe.

Un geste qu’elle a mimé, tout en étant très gênée et apeurée. Sa maman, Louise, se souvient avec effroi : « J’ai eu du mal à le croire. On lui a reposé la question en lui disant que c’était mal de mentir. Elle nous a raconté à nouveau. On lui a demandé pourquoi elle ne l’avait pas dit à la maîtresse. Elle nous a répondu que d’autres garçons avaient menacé de la taper si elle parlait. » Romane précise que la scène se serait déroulée à plusieurs reprises, lorsque la maîtresse rangeait sa classe et que les enfants étaient dehors.

Une autre maman a rapporté, lors d’une réunion de crise qui s’est déroulée à l’école en avril dernier, rassemblant les responsables de l’établissement (directrice, jardinières et médecin) et seize familles, que ce même Mickael avait demandé à son fils de lui mettre un bâton dans les fesses, à plusieurs reprises.

La mère a raconté que son enfant ne voulait plus aller à l’école et faisait des crises de nerfs qui n’étaient pas habituelles. Une psychothérapeute a consulté l’enfant et a déclaré : il avait vécu « deux gros stress, celui avec Mickael, d’abord, et le climat d’insécurité dans lequel il était à l’école ».

Pour l’école « les faits n’ont jamais été avérés. » Les enfants auraient vu un « psychologue indépendant » qui aurait attesté qu’aucun élément inquiétant n’était à retenir concernant Mickael. L’enfant est même qualifié par l’équipe pédagogique de « lumineux » ou de « bel enfant ».

La directrice de l’école Steiner de Verrières-le-Buisson souligne, enfin, que les professionnels de la protection de l’enfance savent que de nombreux facteurs totalement indépendants de l’école peuvent être à l’origine de ce type de comportements, comme Internet, « qui les expose malheureusement de plus en plus tôt à des images qui ne sont pas de leur âge. »

Sur les conseils des policiers, les parents de Romane ont déposé une plainte contre le petit garçon, afin que son environnement soit contrôlé. Ils ont aussi effectué une main-courante contre l’école qui n’a pas, selon eux, assuré la sécurité de leur enfant.

Ils ont ensuite voulu porter plainte, à trois reprises, dans deux commissariats différents, contre l’école Verrières-le-Buisson, sauf qu’aucun policier n’a accepté de recueillir leur plainte.  L’un d’eux leur aurait dit : « S’attaquer à l’école, c’est comme de s’attaquer à l’État. Si vous pensez qu’il est aussi simple de porter plainte contre son voisin que contre l’état… vous vous trompez. »

Los Angeles : une mère de victime crée un groupe de soutien

Margaret Sachs a inscrit sa fille de 15 ans, en 2001, dans une école Waldorf, située dans la banlieue de Los Angeles. Sa fille dit avoir été agressée par l’un des enseignants à temps partiel de l’école, lors d’un voyage scolaire dans le Colorado. Plusieurs autres filles disent aussi avoir été agressées par ce même homme. Margaret se souvient encore :

« Lorsque j’ai appris ce qui s’était passé, les responsables de l’école ont utilisé diverses tactiques pendant plusieurs jours pour essayer d’intimider les élèves afin qu’elles se rétractent (…) Une amie anthroposophe m’a conseillé de prendre rendez-vous avec la présidente du collège et m’a demandé d’y aller seule et de « garder le secret » parce qu’elle ne voulait pas que les autres parents aient une mauvaise opinion de l’école. » Plus tard, sa fille sera interrogée par la police : « Elle s’est sentie mal à l’aise parce qu’une enseignante de l’école était dans la salle pendant qu’elle était interrogée, alors que nous n’avions pas pu être présents, nous ses parents, alors qu’elle était mineure. »

Finalement, la police leur expliquera qu’étant donné que les faits se sont déroulés dans le Colorado, l’affaire ne relevait pas de la police de Los Angeles. « Ils ont dit avoir pris les dépositions par courtoisie et les avoir transmises à la police locale en question. » Après de nombreuses réunions sous pression, l’école a fini par céder et l’enseignant a quitté l’école. Il est devenu professeur dans une autre école Waldorf de la région.

Trois semaines avant la fin de l’année scolaire, les parents reçoivent une lettre les informant que leur fille n’est pas invitée à revenir l’année suivante.

L’adolescente avait, entre temps, développé des troubles de l’articulation dus à l’anxiété. L’une des choses les plus difficiles à vivre pour elle était la mise en doute de sa parole : « Sa confiance en elle a été complètement détruite. Son rétablissement émotionnel a pris beaucoup de temps. »

Margaret et son mari ont pensé porter plainte contre l’école mais leur fille leur a dit qu’elle ne se sentait pas la force de témoigner devant un tribunal. « Elle regrette encore aujourd’hui cette décision, » rapporte la maman. Depuis, Margaret est devenue modératrice d’un site de prévention, pour recueillir la parole des victimes : Waldorf-Anthroposophy-Steiner Survivors Only.

Un scandale dans un campus Waldorf à New York

Dans une école Steiner-Waldorf, aux États-Unis, un enseignant a été accusé d’avoir agressé sexuellement plus d’une dizaine de jeunes filles pendant toute sa carrière, qui s’est étalée sur plusieurs décennies, selon un média local.

Capture d’écran de la Green Meadow Waldorf School

Un organisme d’investigation privé engagé par Green Meadow (le campus où se seraient déroulés les faits, à Chestnut Ridge, dans le comté de Rockland, à New York) a révélé, en 2014, dans un rapport accablant que deux autres enseignants sont accusés de crimes sexuels : l’un de possession de documents à caractère pédopornographiques, l’autre d’agressions à l’encontre d’une élève lors d’un voyage scolaire. Le rapport souligne notamment le fait que l’école n’a pas agi lorsque les plaintes ont été dénoncées.

L’enquête conclut, pour l’une des affaires que « le manque de réaction de l’école a permis son comportement prédateur ». L’enquête s’est étalée sur sept mois et a été dirigée par Lisa Friel, ancienne cheffe du service des crimes sexuels du procureur du district de Manhattan.

En tout, 95 personnes ont été entendues ; des milliers de documents ont été examinés. Aucune arrestation n’a eu lieu après la publication de ce rapport, car dans la majorité des cas, les faits tombaient sous le coup de la prescription (cinq ans). Les agressions décrites dans le rapport : frottement, toucher, étreintes inappropriées, viol.

Un grand nombre de victimes ont expliqué ne pas avoir dénoncé les faits, au moment où ils ont été commis, de peur de ne pas être crues.

Kate Christensen, l’une des victimes, en a écrit un livre : Blue Plate Special (Doubleday, 2013), dont voici quelques extraits, à propos des professeurs du lycée :

« À qui pouvions-nous parler ? Ils le faisaient tous. Presque tous les membres de cette communauté supposée spirituelle savaient ce qui se passait, mais personne n’a rien dit ou rien fait pour l’arrêter ; rien ne montrait qu’ils avaient l’impression de faire quelque chose de mal, en ayant des relations sexuelles avec les adolescents à qui ils enseignaient, qu’ils encadraient et hébergeaient (…)

J’avais l’impression que c’était comme si les adultes autour de moi tombaient en morceaux et se comportaient comme des adolescents, comme s’il n’y avait aucun sens de responsabilité (…) ou de dignité. »

En France aussi, il est possible que se tisse ce type de relations dans certains lycées. Hugo Étienne, par exemple, a été scolarisé au Lycée Steiner Perceval Chatou, en région parisienne.

Selon lui, il était courant que des professeurs « fréquentent » des élèves, en dehors des heures de classe : « Une professeure de 35 ans, a déclaré à un de mes amis de 17 ans qu’elle était amoureuse de lui, autour d’un café. Il a dû refuser ses avances et continué sa scolarité avec elle. Mon prof’ de philo sortait aussi avec une fille de ma classe. Sa petite sœur partait en vacances avec le prof’ de sport… Elle avait 14 ans. Toutes deux faisaient partie d’une famille très anthroposophe. »

De son côté, Angélique, la maman du village de 150 habitants, conclut dans son signalement à la Miviludes : « Il y a un déni incroyable ! Chacun préfère fermer les yeux pour protéger son petit espace de vie “spirituelle” loin de la civilisation, quitte à mettre ses enfants en danger. »

*Les prénoms avec un * ont été modifiés à la demande des personnes interviewées ou de leurs parents.

Margaux Duquesne

 

Y a-t-il une omerta sur les abus sexuels dans les écoles Steiner-Waldorf ?